Retour l'accueil du site





Éric LOSFELD


Endetté comme une mule




Croustillants, instructifs et pétillants, tels sont les Mémoires d’Éric Losfeld. Publiés en 1950, ils nous reviennent aujourd’hui sans une ride tant son auteur est un homme intemporel.

Un homme et plus exactement un éditeur. Un éditeur et plus exactement un aventurier audacieux. De l’audace, il n’en manquera pas en effet pour publier les surréalistes, quitte à ne pas gagner un sou. Il n’en manquera pas non plus pour publier sous le manteau tout ce qui pouvait renflouer ses caisses vides, essentiellement de la littérature érotique. L’éditeur se fera même auteur à l’occasion, revisitant par exemple Sade sans que quiconque ou presque ne s’en aperçoive. Cette anecdote, comme tant d’autres, est relatée avec humour dans le livre.

Mais l’audace ne fait pas que remplir les caisses. L’époque étant ce qu’elle était, Éric Losfeld souffrira des affres de la censure. De procès en procès, il paiera pour ces choix. Qu’on se le dise toutefois : aucun procès ne pouvait arrêter un homme de sa trempe.

On lui doit les éditions Arcanes (en hommage à Arcane 17 de Breton, son ami fidèle). On lui doit les éditions du Terrain Vague (traduction de son nom flamant, Losfeld). On lui doit une librairie qui, en son temps, accueillait aussi bien les poètes que les peintres ou les romanciers. Breton bien sûr, mais aussi Péret, Queneau, Bataille, Braque, Miller… Tous ont connu l’intrépide amoureux des arts.

C’est cet homme et sa vie rocambolesque que l’on découvre dans cette autobiographie sans concession. On sait pourtant qu’écrire sur soi n’est jamais aisé. Mais Éric Losfeld le fait avec une verve sans pareille, comme s’il nous parlait. Et il est bon, si bon de pouvoir l’écouter nous raconter comment et pourquoi il est devenu éditeur, comment et pourquoi il a osé braver les réalités économiques pour offrir à ses lecteurs des œuvres incomparables.

À sa mort, audacieuses à leur tour, sa femme Pierrette et sa fille Joëlle ont repris le flambeau, n’hésitant pas à rassembler en deux tomes monumentaux les Tracts surréalistes. Qui le ferait encore ? Sans doute personne. Raison de plus pour saluer Éric Losfeld, sa vie, sa folie salutaire, son courage et ce qu’il a transmis à ses héritières. Endetté comme une mule est le digne livre d’un digne combat.

Isabelle Rossignol 
(05/05/17)    



Retour
Sommaire
Lectures










Tristram

(Mars 2017)
256 pages - 11,40







Éric Losfeld
(1922-1979)


Bio-bibliographie sur
Wikipédia