Retour l'accueil du site





Marie-Jeanne MANUELLAN

Sous la dictée de Fanon



La célébration du cinquantième anniversaire de la mort de Frantz Fanon aura été l'occasion depuis  2011 de voir publier de nombreux ouvrages consacrés à son œuvre : une biographie monumentale (David Macey), des colloques, des études universitaires, une réédition de l'ensemble de ses écrits. Bref, tous ces travaux témoignent à juste titre de l'actualité de la pensée de Fanon.

"Sous la dictée de Fanon" ne s'inscrit bien évidemment pas dans le champ de la recherche académique et d'emblée Marie-Jeanne Manuellan annonce ses intentions :
« Ce qui intéresse en majorité les auteurs, cela va de soi, c'est Fanon le politique. Maintenant c'est Fanon le philosophe. Moi, je n'ai pas dans la tête un Fanon découpé en rondelles. J'ai le Fanon connu au quotidien, entre 1958 et 1961, bien loin du Fanon empesé, amidonné faussement, comme les chemises qu'encore faussement on lui prête. »

Et pourtant... ce récit écrit à la première personne sous forme de confidences à ses amis Omar et Leïla est diablement 'fanonien' ! Un hasard cette rencontre de l'auteure avec Fanon ? Peut-être. Mais peut être pas tout à fait. C'est que la vie même de M.-J. Manuellan, son métier (assistante sociale), ses engagements, ses espoirs, ses rencontres s'inscrivaient naturellement dans la lutte des indépendances et de l'émancipation des peuples colonisés et le Dr Fanon qui dirigeait  alors le Centre neuropsychiatrique de l'Hôpital de Tunis en était un éminent représentant. L'auteure ne dissimule rien de ses sentiments d'alors : leur première rencontre qui fut rude et froide, mais aussi son admiration pour Fanon dans sa relation avec les patients, la formation de celui-ci à l'Hôpital de St-Alban auprès de François Tosquelles psychiatre d'origine catalane et militant du POUM. Et puis... Fanon lui dictant L'an V de la Révolution algérienne et Les Damnés de la Terre. Témoignage superbe où l'on voit surgir sa pensée :
« Fanon n'avait jamais le moindre papier en main, il marchait et 'parlait' le livre comme si de ses pas, du rythme de son corps en marche, jaillissait sa pensée, sans à-coups, avec très rarement des interruptions, des retours en arrière, des reprises. »

Ce superbe récit, ponctué de citations de Fanon donne un rythme au livre et restitue admirablement cette voix de l'émancipation qui nous manque cruellement aujourd'hui.  

Yves Dutier 
(28/06/17)    



Retour
Sommaire
Lectures








L'Amourier

(Mai 2017)
190 pages - 17





Marie-Jeanne Manuellan,
originaire de Corrèze, partit en 1957, avec son mari, pour apporter son concours à la construction de la jeune Tunisie indépendante. Nommée au Centre psychiatrique de jour de l’hôpital de Tunis que dirige Frantz Fanon, c’est à elle qu’il dictera L’an V de la révolution algérienne, puis Les Damnés de la Terre.