Retour à l'accueil du site





Carl NIXON


Sous la terre des Maoris


En Nouvelle-Zélande, Box Saxton, 49 ans, marié à Liz et père de deux enfants, essaie de se remettre d'une faillite due à une crise immobilière en travaillant comme maçon sur des chantiers quand il apprend la mort de son fils Mark.

C'est le début d'un long chemin de deuil. En même temps que Box se plonge dans l'enfance de Mark, il se remémore sa propre enfance sur les terres des Saxton. « Dee avait raison. Cet endroit a une histoire qu'on ne peut pas acheter ou reproduire. […] Des histoires que plusieurs générations ont déposées sur ce sol comme des sédiments : des pères et des mères travaillant la terre, des grands-parents et des enfants nés et morts ici depuis l'arrivée des premiers colons. […] Et ces histoires n'appartiennent pas seulement aux Saxton, ce sont aussi celles des Tuner, des Harbidge et des Marshall. »

Box a élevé Mark, mais son père biologique est Tipene Pitana, un Maori qui s'appelait à la naissance de Mark Stephen Sullivan. Et les deux pères vont être en désaccord à propos de l'enterrement. Box : « Écoutez, Mark n’a plus revu aucun d'entre vous à partir de deux ans. Il ne parlait pas maori […] ne faisait rien de maori. Tipene : « Son ascendance. Les ancêtres de Mark faisaient partie des premiers Maoris et arrivés en canoë sur ces îles. Il y a un lien spirituel avec Kaipuna [ville du nord-est]. C’est pour ça qu’il doit être enterré là-bas. […] C'est vous qui envisagez les choses à la façon d'un Pakeha [personne blanche, non maorie]. » Le chemin de deuil se transforme alors en odyssée funèbre avec toujours la même obsession : « Je veux mon fils Marc. » Nous parcourons le nord-est de l'île passant de ville à façade maritime au bush (la forêt).

Ce beau roman développe un personnage fort, Box Saxton. « Box aimait se servir de son corps pour aider son grand-père à faire fonctionner la chaudière. Cela lui faisait du bien. Et peu à peu ce travail lui avait permis de se forger une identité. Voilà ce que faisaient les hommes. Ils se servaient de leurs mains, de la force de leur dos et de leurs jambes pour maintenir les choses en état de marche. »

Cette odyssée établit une radiographie noire de la Nouvelle-Zélande, avec deux communautés aux cultures différentes qui vivent côte à côte et parfois face à face, sans melting possible, où chacune réclame la paternité du pays.

Michel Lansade 
(30/06/17)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








L'Aube Noire
336 pages - 22

Traduit de l’anglais
(Nouvelle-Zélande) par
Benoîte Dauvergne






Carl Nixon

est né en 1967
en Nouvelle-Zélande
où il vit toujours.