Retour l'accueil du site





Pierre THOMÉ


L’eau brûle


Chaque soir, en rentrant du travail un couple se retrouve et alternativement ils préparent le repas. Chaque chapitre porte le nom d’un plat ou d’un ingrédient qui évoque parfois un évènement : « Le Safran. Je me suis accrochée à ton vélo. À la poignée de frein. J’ai déchiré ma robe neuve. À ma colère, de loin, tu n’as trouvé à dire que… presque neuve. […] La puissance de la recette s’est imposée. Elle a nappé mon irritation. Inversant les registres, le parfum du safran a recouvert la poignée du vélo. »   À travers les gestes quotidiens transparait l’amour qui relie cette femme et cet homme et se ravivent ainsi les souvenirs : « Je souriais. Allongée dans le noir, ta main dans ma main. Je pensais que tout à l’heure tu m’avais dit que j’étais belle. »

La neige, la pluie, les saisons, la fatigue… évoquent le temps qui passe. Le combat contre la routine est permanent pour ce couple qui invente sans cesse leurs retrouvailles : « Je crois que c’est cette nuit, sur le parquet, que nous nous sommes touchés. Le visage et le corps. Comme des aveugles. Ce n’était pas vraiment des caresses. Ce n’était pas des attouchements, plutôt une lecture, une lecture du bout des doigts. Comme des aveugles. »

Ils rient ensemble : « Le repas n’était pas prêt. Il était trop tard pour mon projet de gratin d’aubergines. En fouillant dans le placard j’ai déniché le paquet de quinoa qui m’a sauvé la mise. Tu m’as vue rire alors que je jetais mes deux verres de graines dans l’eau bouillante. Je t’ai expliqué que je préparais des graines, pour nous, ce soir, à cause d’un oiseau qui avait mangé mon gratin d’aubergines. »

Ils partagent des œufs en croquant dedans à tour de rôle mais ne sont pas toujours d’accord non plus : « Ta capacité à demeurer passif est exceptionnelle. Je t’ai détesté. ». Cependant,  leur tendresse et leur lien très fort transparaissent au creux des mots.

C’est un livre très agréable à lire avec une écriture légère, originale et positive pour évoquer un thème qui nous concerne tous, comment ne pas être englué par le quotidien et comment y résister en étant inventif ?

Les illustrations délicatement rouges et blanches viennent fleurir l’amour de ces deux êtres.   

Brigitte Aubonnet 
(06/10/17)    



Retour
Sommaire
Lectures










Chemin de Fer
72 pages - 12




Illustrations
Christine CROZAT