Retour l'accueil du site





Mons KALLENTOFT & Markus LUTTEMAN


Leon
(Zack, volume 2)



Nous voilà à nouveau au cœur de la Suède d’hiver, de neige et de froid, et d’une nouvelle aventure de notre héros rencontré dans le premier tome, intitulé Zack, des mêmes auteurs. Zack Herry, ce jeune policier, beau, brillant et consommateur de substances illicites, nous avait touchés alors par sa hardiesse, sa détermination, son intuition professionnelle et son courage. Un personnage atypique et tourmenté. Comme nous le connaissions, nous savions à qui nous avions à faire, notre impatience était là, mais quant à être préparés aux nouveaux évènements…

En prologue, une scène terrifiante, un enfant dans une cage. Capturé par un psychopathe dont les intentions sont claires. L’horreur va arriver. Ensuite, autre scène, où l’on voit Zack en train de jouer à la roulette russe, un révolver sur la tempe, dans un lieu indéfini.

Et le premier chapitre :
« Stockholm, sept heures et demi du matin. Moins quatorze degrés et un vent glacial de nord-est. Les rues verglacées. Des restes de neige souillée d’urine canine se mêlent au sable jeté sur la chaussée qui va puer quand les températures remonteront.
Et puis l’obscurité. Dense et enveloppante. Celle au goût de vengeance qui veut punir les hommes pour leurs péchés »

Une ambiance. Une atmosphère. Et une indication quant à la gravité des évènements à venir, mais surtout déjà présent, le talent des auteurs, qui sauront savamment distiller, pour nous tenir en haleine, un large enchevêtrement d’évènements. Car la construction habile du roman y participe qui va nous donner constamment cette impatience. À présent, ce que va être la chasse de ce criminel par Zack et son équipe, ne fait que s’insinuer dans les esprits : le chemin sera long et complexe… L’enfant a été retrouvé sur le toit d’une cheminée d’une usine désaffectée par un drone, équipé d’une caméra, manipulé par un amateur. « Le drone se balance dans l’air et, très haut dans le ciel noir, les pies affamées reviennent. »

Zack qui fait l’objet d’une enquête interne, et qui semble avoir de plus en plus de difficultés à gérer sa consommation de toxiques va devoir se surpasser. Apparemment intactes, son intuition et sa volonté de rendre justice aux victimes vont devoir être sollicitées. Sur la brèche également, les membres de son équipe qui vont se mobiliser. Sa collègue et partenaire Deniz qui l’avait soutenu et surtout accompagné dans le précèdent roman est toujours là, fidèle, mais parfois semble découragée par l’horreur des crimes et l’attitude pas toujours déchiffrable de Zack.

Il faut d’abord trouver qui est cet enfant. « Ils ont effectué toutes les vérifications de routine sans trouver la moindre piste. Frappé aux portes, fouillé le terrain avec des chiens, passé en revue toutes sortes de listes, mais ils n’ont pour l’instant pas la moindre identité du jeune garçon. Sa disparition n’a été signalée nulle part. »

Par recoupements, l’identité du jeune garçon est retrouvée ainsi que le lieu d’où  il a été enlevé. Arrive ensuite dans les bureaux de la police, une vidéo envoyée apparemment par l’auteur du crime, qui montre un garçon enfermé dans une cage et manifestement en proie à la folie meurtrière de son bourreau. Une horloge indique un compte à rebours.

Le cadavre d’un homme est découvert dans une poubelle : « Conclusion : Johan Krusegard a eu un révolver pressé contre sa tempe pendant un certain temps. Le canon a ensuite été déplacé ou a glissé un peu sur le côté avant le tir. […] Ou quelqu’un l’a obligé à le faire . Quelqu’un qui peut-être le menaçait. »

Cette affaire a-t-elle un lien avec la précédente ? Avec le hasard ou bien avec certaines relations de Zack ? Nous pénétrons ici dans des sphères complexes : de jeux illégaux et mortels, de trafics d’êtres humains. Un monde sordide où le profit le dispute à la cruauté. Le jeune garçon de la vidéo est identifié. Et le déroulement de l’enquête va porter à un très haut niveau l’art de la construction et de la déconstruction d’un suspense.

Car ce roman nous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page. Sous une sorte de pression, à laquelle nous ne voudrons échapper, il nous parlera de détresse, de cruauté, de désespoir mais peut-être, aussi, indiquera une fenêtre ouverte. Certains personnages sont là dans ce but.

Un roman noir, fort, dense, et d’une écriture qui allie encore une fois, avec habileté, les descriptions sensibles, voire poétiques, avec les précisions brutales d’une réalité cruelle, mais toujours à la juste mesure des personnages et des évènements.
À suivre…

Anne-Marie Boisson 
(06/04/17)    



Retour
Sommaire
Noir & polar









Gallimard Série Noire

(Février 2017)
384 pages - 19,50


Traduit du suédois par
Hélène Hervieu










Mons Kallentoft,
né en 1968, journaliste et écrivain, s'est fait connaître en France grâce à la série des « Quatre Saisons » mettant en scène l'enquêtrice
Malin Fors.


Markus Lutteman,
né en 1973, journaliste et écrivain, est l'auteur de six ouvrages, non encore traduits en français.







Découvrir sur notre site
le premier volume
de la série :


Zack