Retour à l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles





Joshua COHEN

Votre message a été envoyé



On a découvert Joshua Cohen avec son précédent livre Le paradis des autres qui marquait pour beaucoup la naissance d’un grand écrivain, qu’on comparait déjà à Pynchon. L’auteur s’est ensuite essayé à l’écriture en direct avec l'expérience « PCKWCK » (pendant cinq jours, de 19 h à minuit il a écrit en temps réel un roman feuilleton inspiré des Aventures de Monsieur Pickwick de Dickens, en laissant la possibilité aux internautes de commenter, partager, discuter sur son travail en direct).  C’est donc sans surprise que nous retrouvons dans Votre message a été envoyé, publié aux éditions Le nouvel Attila, Joshua Cohen continuant sa réflexion sur l’écriture aux prises avec les  problématiques du monde contemporain.

Dans ce nouveau recueil traduit par Annie-France Mistral ce n’est pas un mais quatre messages que l'auteur nous envoie. 4 messages,  4 nouvelles qui offrent une vision d'ensemble de notre société à travers plusieurs phénomènes marquants : le porno, la junk-food, le cyber-harcèlement… Dans la première nouvelle intitulée Émission un certain Mono raconte au narrateur comment après avoir été victime d’une diffamation sur internet (son vrai nom ayant été associé à une anecdote gênante dans un blog) il est devenu la proie des trolls et à quel point sa vie est devenue un enfer.

La nouvelle qui suit cette description de cyber-harcèlement est plus ambitieuse au niveau du style. Envoyé commence dans les forêts de Russie à la manière d’un conte narrant les origines d’un lit de bois qui abritera finalement les ébats filmés d’une jeune slave et se retrouvera donc sur les écrans du monde entier que relie l’immense réseau de la pornographie. C’est ensuite à chacune des filles visibles dans ces films que l’auteur tente de redonner un peu de réalité et surtout d’humanité.

Mais là où l’ouvrage trouve sa véritable pertinence c'est que Joshua Cohen n'en reste pas à une simple cartographie de la société moderne, et de ses dérives, mais se livre en filigrane à une réflexion sur l’écriture contemporaine et la tâche des écrivains dans ce monde 2.0. En effet chacun des narrateurs de ces quatre récits est un aspirant écrivain qui se heurte à la difficulté de retranscrire fidèlement ce qu’il vit, ce qui l’entoure. La nouvelle McDonalds, qui court en pied de page tout au long de l’ouvrage, est l’exemple le plus parlant de la difficulté de créer dans le monde actuel. Dans celle-ci nous suivons les affres d’un relecteur d’un groupe pharmaceutique dont les aspirations littéraires se heurtent à la difficulté de ne pas nommer une certaine marque de fast food. Joshua Cohen revisite donc l’angoisse de la page blanche à l’heure de la société marchande et du name dropping : « des noms que je ne veux pas prononcer et qui me donnent le tournis ».

Cette difficulté d’écrire ne date pourtant pas d’aujourd’hui comme le montre la nouvelle Le Borough de l’université, de facture plus classique, qui se penche sur le destin tragique d’un auteur Maury Greener, venu de New-York animer un atelier d’écriture au fin fond du Midwest. Faute de pouvoir enseigner ce qu’est écrire il demande à ses élèves de construire un bâtiment, leur confiant différentes tâches (fonderie, vitrage, électricité, toiture…) selon leur style d’écriture. Le narrateur qui se souvient aujourd’hui de cette année universitaire 1992-1993 note qu’« à l’époque où Greener était en résidence ici, surfer quotidiennement sur le web – avoir un accès à Internet n’importe où sur le campus – ce serait pour dans 10 ans. Si notre université avait importé Greener peu après l’an 2000, qui sait s’il se serait senti abandonné ? qui sait s’il aurait pu même rêver de cette épopée ? » Comparer l’écriture à une architecture n’est évidemment pas une nouveauté, on connaît depuis Proust « l’œuvre-cathédrale », et la figure de l’auteur qui s’y perd a déjà également été traitée. Ce qui est nouveau ici  c’est d’éclairer cette question à la lumière du monde ultraconnecté dans lequel nous vivons, où il n’est plus possible d’écrire comme avant, un monde où l’on bute sur les marques, où l’on écrit comme on clique.

« J’en ai eu marre de tout ça, d’inventer d’autres mondes, marre d’inventer des mondes alternatifs alors que je ne comprenais rien au mien » déclare à un moment l’un des narrateurs, doubles de l’auteur. Joshua Cohen a réussi son pari en nous donnant de nombreuses clés à travers les 4 histoires de Votre message a été envoyé, recueil enthousiasmant dont la forme et le fond en font un modèle de réussite de l’écriture hypercontemporaine.

Amandine Farges 
(08/02/18)    



Retour
Sommaire
Lectures








Le Nouvel Attila

(Janvier 2018)
224 pages - 18


Traduit de l'anglais
(Etats-Unis)
par Annie-France Mistral












Joshua Cohen,
écrivain américain né en 1980, a déjà publié une dizaine de livres.


Bio-bibliographie sur
Wikipédia


Visiter le site
(en anglais)
de l'auteur :
www.joshuacohen.org