Retour à l'accueil du site





Florent COUAO-ZOTTI


Western Tchoukoutou


Cet auteur béninois nous emporte dans un western-policier très agréable à lire car il nous plonge dans la vie du Nord Bénin vers Djougou et Natitingou, rebaptisée dans le roman Natingou City, « petite ville accrochée au flanc de la montagne de l’Atakora, cité où la vie se buvait par petites doses de tchoukoutou, où vivaient trois hommes, trois amis, trois "têtes de granite", personnages hauts en couleur qui n’en menaient pas large. »

Les mots du français béninois sont expliqués  à la fin de l’ouvrage. « Tête de granite, se dit d’une forte tête, une personne caractérielle ». Le Tchoukoutou est une bière béninoise et togolaise, faite de mil ou de sorgho, dans le département de l’Atacora.

« Alassane Gounou dit Al, était bouvier. […] Mais Al ne montrait jamais sa tête au monde, il préférait la cacher sous son chapeau au sommet pointu, cette petite pyramide en cuir, raide et cartonnée dont les Peuhls aiment bien se coiffer, lacet noué sous le menton. Rien de tel pour qu’on l’appelle cow-boy. »

« L’autre tête de granite, la deuxième dans la hiérarchie, s’appelait Chérif Boni Touré, inspecteur de police de la Brigade criminelle. […] Chérif désigne, en effet, un acte noble entrepris par un personnage d’exception. »

« La troisième tête de granite, le dernier du groupe, était Ernest Vitou, homme d’affaires, propriétaire terrien, fondateur et tenancier d’un restau-bar baptisé "Saloon du Desperado". Cet établissement est devenu, en l’espace de trois ans, le plus mondain et le plus couru de la ville. Ce qui attirait les gens, c’était justement les services qu’il offrait, filles, strip-tease, tchoukoutou et autres vices associés.»   

Voilà qu’un jour Nafissatou Diallo, dite Kalamity Djane, débarque dans le Saloon, à la recherche des trois hommes qu’elle a l’intention de tuer. Elle en informe Xuo Luo, la femme d’Ernest Vitou, qui paniquée va appeler son mari pour le prévenir de ce funeste projet.

Nous assistons donc à la course poursuite de ces trois hommes qui partagent un terrible secret. Ils sont terrifiés car Nafissatou est morte et enterrée depuis plusieurs années !!! Kalamity est déterminée car sa rancune contre les trois hommes est indéfectible.

Des poèmes de Dassagoutey, vieux chanteur et ancien amant de Nafissatou, sont insérés dans le roman et pleurent sur son amour perdu.

Le suspense est parfaitement maitrisé tant sur le déroulement de l’intrigue que sur le mystère de cette double identité de la femme, est-ce vraiment Nafissatou, est-ce un double, est-ce un fantôme ?

L’écriture de Florent Couao-Zotti est chargée d’une douce ironie qui donne beaucoup de charme à ce roman qui dénonce ce que les hommes font subir aux femmes. La découverte de l’univers béninois avec ses fonctionnements et ses croyances est aussi un moment de lecture tout à fait passionnant.

Brigitte Aubonnet 
(25/04/18)    



Retour
Sommaire
Lectures








Gallimard
Continents Noirs
(Mars 2018)
176 pages - 16,50










Florent Couao-Zotti,

né au Bénin en 1964, est l'auteur d'une quinzaine de livres traduits en plusieurs langues et récompensés
par de multiples prix.

Bio-bibliographie sur
Wikipédia




Découvrir sur notre site
un autre roman
du même auteur :
La traque
de la musaraigne