Retour à l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles





Thierry COVOLO


La plus jeune des frères Crimson


Bienvenue sur la route 6, appropriation personnelle de la célèbre route 66 étasunienne par Thierry Covolo.  Ces nouvelles ayant pour cadre l'Amérique profonde émaillent le parcours, à différentes époques avec des paumés, des tueurs en série, des musiciens, d’anciens taulards, des filles perdues et des fortes têtes croisés qui, en Chevrolet, en train ou en camion, se retrouvent le long de la 6, dans des villages, sur la route, dans des stations-services, des bars ou des motels au milieu de nulle part, là où tout même le pire semble possible.

- Sam traverse les États-Unis en stop sur plus de 200 kilomètres du sud au nord pour retrouver son vieux copain Billy qui ne s’attendait pas à sa visite. L’accueil est froid mais la soirée les verra tous deux grimper sur le toit d’un château d’eau... (Billy Rank est un type super)   

- Alors que sa voiture est immobilisée, Emerich est aidé par Anna-Lisa, une jeune femme qui porte des bottes nettement trop grandes pour elles et qui l’émeut. Il apprend plus tard que son ami est policier... (Les bottes de Bob )

- Un trio d’amis inséparables durant l’enfance – le narrateur, sa sœur Millie et Sam – se délite quand celui-ci doit rejoindre son père pour aider à nourrir les siens. Sam et Millie, adolescente, se retrouvent alors souvent seuls... (La dernière fois qu'on a vu Sam)

- Lorsque Honk, un vieux fêtard alcoolique et dragueur, voit Lissia, une toute jeune fille s'approcher de sa cabane, il est rincé et ne souhaite que dormir mais elle le harcèle... (Une fille à marier)

- Aidé par ses deux frères aînés eux-mêmes incarcérés, Mo s’évade de prison pour s'acquitter d'une mission délicate que ceux-ci lui ont confiée... (Ma' Grossman, ça va être ta fête !)

-  Tom travaille dans un bar sur la route de Vegas où tous les matins Carrie vient prendre son café avec un cookie cuisiné spécialement pour elle. Depuis l’enfance il l’aime sans oser se déclarer. C’est alors que Dark, son patron, décide de vendre... (Dernière illusion)

-  Sally, en panne de voiture en pleine nuit sur une route déserte, est secourue par un type étrange qui la regarde d’un peu trop près et écoute les fréquences de la police qui vient de découvrir la septième victime d'un tueur en série surnommé le Petit Poucet…(Les cailloux du Petit Poucet)

- Nera et Alba, deux sœurs apparemment au-dessus de tout soupçon vivent ensemble. Mais depuis quelque temps Alba découche. Nera est donc seule quand Otto, un commissionnaire vient lui demander des comptes... (La plus jeune des frères Crimson)

- Un gendarme proche de la retraite est chargé de convoyer un déserteur jusqu'au lieu de départ des troupes. La route est longue, dangereuse et pénible et entre les deux protagonistes un lien se noue. Dans le gouffre de Lupita, Hugo prend une décision imprévisible... (Hugo)

- Après son travail aux champs dans une ville du Sud, Sonny, un jeune homme noir, prend sa guitare et joue avec talent du blues pour ses congénères. Un jour, Donald Staunton, jeune bourgeois blanc atypique et passionné de musique descend du train, prend pension dans le quartier noir et vient l'écouter jouer et chanter soir près soir…. (Train de vie)

Les personnages de Thierry Covolo sont ordinaires, ce sont les situations, les rencontres, qui ici servent de détonateurs et les dérapages sont parfois violents. Chaque nouvelle donne lieu à un scénario différent porté par de nouveaux personnages et ce qui fait lien c’est cet univers de l’Amérique profonde à la fin du siècle dernier.  L’auteur se complaît dans des ambiances, des paysages, des stéréotypes des classiques américains que nous connaissons tous pour s’amuser brutalement à retourner les situations d'une simple phrase. L’humour est une arme qu’il maîtrise avec talent. « Mon Impala m'a lâché entre deux de ces bleds paumés qui jalonnaient mes tournées. A une bonne centaine de kilomètres de chez moi. La voiture a hoqueté, comme quand un truc vous reste en travers de la gorge, puis elle s'est arrêtée. Impossible de la faire repartir. J'ai soulevé le capot et ça m'a confirmé ce que je savais déjà : je n'ai jamais rien compris à la mécanique. »
Deux des nouvelles échappent à cet univers mythique américain, « Hugo » qui se passe plus au sud et la nouvelle titre qui se déroule dans la vieille Angleterre, mais par les situations de crise qui les fondent et les personnages qui les portent la parenté avec les nouvelles américaines est telle qu’elle ne se distinguent pas de l’ensemble.    

Il y a comme une naïveté et une résignation chez ces personnages humbles, ni bons ni méchants et sans espoir mais non sans obstination, qui portent ces récits. Dans ce monde façonné par les hommes, les femmes sont souvent fortes et combatives. Millie, à peine âgée d’une douzaine d’année saura dans  La dernière fois venger son honneur quand Lissia, adolescente encore, refusant de se soumettre à la violence des hommes qui veulent décider pour elle défend sa liberté (Une fille à marier). Anna-Lisa, femme battue par un ami jaloux s’avère pleine de ressources (Les bottes de Bob) et Sally, qui n'est pas celle qu’elle paraît, pourrait bien surprendre celui qui l’a prise en stop (Les cailloux du Petit Poucet). Un bonus absolu au personnage de la vieille Ma’Dalton devenue Ma'Grossman sous la plume de l’auteur.
Côté masculin, par contre, derrière le machisme culturel perceptible, affleure parfois la tendresse. Chez Tom qui en pince depuis longtemps pour la pute de Las Vegas, pour Honk, le vieux grognon prêt à toutes les indulgences pour la jeune rebelle venue se réfugier chez lui ou pour Emmerich dont l’instinct protecteur s’éveille face à la jeune femme à la lèvre fendue venue le retrouver dans la chambre 47. 

Je ne suis pas une inconditionnelle de la littérature américaine mais, peut-être à cause de sa patte française, son humour et sa délicatesse, je me suis laissée prendre facilement par l’univers, la cohérence et la simplicité de ce recueil. Me restent aujourd’hui en tête la dernière, Train de vie, pour son fond musical et la lutte de classe et de race qu’elle sous-tend, (« Ici, soixante-dix ans après l'abolition de l'esclavage, on rangeait encore les Nègres selon la part de sang blanc qui courait dans leurs veines... »), Hugo et Ma’Grossman dont les dénouements m’ont bluffée et Les cailloux du Petit Poucet pour son originalité et la tension développée.

Un décor et une atmosphère plantés en quelques phrases, des laissés pour compte de l’Amérique triomphante fort attachants, de la surprise, voilà la veine de ces textes noirs où l’humanité pointe toujours son nez.  

Un premier recueil mené de main de maître par un auteur jusqu’alors publié en revue qui se fera sans aucun doute sa place au sommet du monde de la nouvelle. Les jeunes adultes devraient adorer aussi… C’est excellent,  faites circuler.

Dominique Baillon-Lalande 
(20/06/18)    



Retour
Sommaire
Lectures








Quadrature

(Avril 2018)
126 pages - 16


















Thierry Covolo
est régulièrement publié en revue. Plusieurs de ses nouvelles ont été primées. La plus jeune
des frères Crimson

est son premier recueil.


Visiter le site
de l'auteur :
https://thierryecrit.
wordpress.com/