Retour l'accueil du site





Jacques DUBOIS

Tout le reste est littérature
Entretiens avec Laurent Demoulin



                Dans la présentation de l’ouvrage, Laurent Demoulin met ces entretiens qui retracent la carrière de Jacques Dubois, sous le double patronage de Simenon, le Liégeois émigré en Suisse, (que Jacques Dubois a présenté dans  La Pléiade) « l’écrivain qui s’est attardé sur le destin des hommes médiocres » et de Bourdieu « qui a donné la parole aux plus défavorisés de nos concitoyens dans La Misère du monde ». Jacques Dubois, « professeur émérite » à l’université de Liège est à la fois un « professeur ordinaire » et un « professeur extraordinaire » selon les appellations belges.

                En ami de Pierre Bourdieu on commence par lui demander s’il est héritier. « On l’est toujours de quelque façon […] mon père était professeur de français et je le suis devenu à mon tour, recueillant une part de sa vocation. Par ailleurs, si l’on parle d’héritage comme mode de vie, je suis né au croisement de deux cultures : la paternelle, qui est urbaine (banlieue liégeoise) et de petite classe moyenne libérale ; la maternelle, qui est rurale (Hesbaye), socialiste et enseignante». Ce à quoi il faut rajouter que son père était communiste résistant pendant la Seconde Guerre mondiale et que le jeune Jacques Dubois sera communiste en faisant ses études universitaires. Ce qui lui fera dire à 85 ans : il faut savoir perdre ses illusions sans perdre ses idéaux.

                Professeur à l’université, il va aller de l’enseignement de la rhétorique, disons classique, à celui de la sociologie de la littérature, une toute nouvelle approche. Il publie en 1963 Romanciers de l’instantané au XIX ème siècle. « Ma sociologie tient du patchwork. Elle est faite de quelques grandes lectures : des morceaux de Girard, des morceaux de Bourdieu analysant Flaubert, des morceaux de Pierre Macherey, d’autres encore de Bernard Lahire. Avec ces diverses pièces rapportées, j’essaie de définir une ligne ». Cet enseignement le mènera aux universités des Etats-Unis, de Suisse, du Québec, Paris et Madagascar.

                Homme d’amitiés, homme qui n’a pas oublié ses idéaux, Jacques Dubois participe à de nombreuses aventures collectives, à commencer par la revue Le Penne en 1950, la rédaction de Rhétorique générale avec le Groupe en 1970, il s’occupe aussi de la Commission de sélection de films et de la Commission des lettres de la communauté française de Belgique, il participe à la collection Espace Nord aux éditions Labor (publication des classiques de la littérature belge) et à la collection Points Lettres au Seuil, en 1982, il initie Le Manifeste pour la culture wallonne et de 1990 à 1993 il est directeur politique du quotidien socialiste liégeois La Wallonie, ilparticipe au groupe Culture à Liège et à l’Association Liégeoise pour la Promotion de l’Art contemporain (ALPAC).

                Jacques Dubois passe d’une critique sociologique-structuraliste des œuvres avec en 1970 Le roman policier ou la modernité à une analyse-fiction avec en 2011 Figures du désir, pour une écriture amoureuse.

                Un livre qui retrace la carrière engagée, bien remplie de Jacques Dubois et l’aventure de la critique littéraire de la seconde moitié du XX ème siècle.

Michel Lansade 
(11/05/18)    



Retour
Sommaire
Lectures








Les impressions nouvelles

(Janvier 2018)
240 pages - 17




Jacques Dubois,
né en 1933,
est professeur émérite de l’Université de Liège.



Laurent Demoulin,
né en 1966, professeur à l’Université de Liège au département de Langues et Littératures romanes, a obtenu le prix Victor Rossel 2017pour son roman Robinson paru chez Gallimard.