Retour l'accueil du site





Catherine GRIVE


La fille qui mentait pour de vrai


Kimberley dite Kim ou Kid est une élève de lycée. Sa mère  récupère les enfants perdus dans un grand magasin. Son père est chauffeur routier. Surnommé le Suédois par ses collègues, plus exactement Inuit, il est en voyage dans le Grand Nord. Elle a un petit frère, Tom, à qui elle raconte des histoires.

Kim, ou Kid, ne peut s’empêcher de mentir. « Depuis longtemps. En maternelle, je me faisais passer pour un garçon. Ce n’était pas difficile, j’avais leur dégaine, leur façon de s’habiller, leur coupe de cheveux et leur air pas content. Et comme eux, je jouais aux voitures, je me ruais vers la porte quand la cloche sonnait, je rêvais de devenir tracteur (pas paysan, tracteur), je ne parlais pas aux filles ». Elle ment tout le temps : « Des mensonges pour me rendre intéressante comme quand j’ai soutenu que George Clooney détestait le café ou que Napoléon avait peur des souris, alors que je n’en savais rien. Des mensonges pour me sauver la mise aussi, comme lorsque je jure à ma mère que ce n’est pas moi qui ai perdu son chargeur, son écharpe, son déo, alors que si, évidemment que si. Dans mentir, il y a "je m’en tire". »

Elle ment à Elise, sa seule copine, mais faut dire que « les mensonges pour faire plaisir ne sont pas de vrais mensonges ». Faut dire aussi que quand elle dit la vérité, que son père est dans le Nord, dans la neige et la glace, Elise et les filles du lycée ne la croient pas. Elle s’est forgé l’idée, en feuilletant les magazines, en suivant les campagnes électorales, que : « De toute façon, les mensonges sont partout, voilà la seule vérité. »

Kim est ado, elle se brouille avec Elise, elle rencontre Xavier, un gars du lycée qui s’intéresse beaucoup à La Métamorphose de Kafka, et elle en a fini de snober les garçons. Elle est dure avec sa mère, elle est d’autant plus mal dans sa peau que ce père absent ne donne pas de nouvelles. Elle a beau inventer des lettres de son père pour son petit frère qui ne sait pas lire, le silence de son père ne passe pas. Elle a des doutes, elle s’inquiète, il faudra bien en avoir le cœur net…

Jolie histoire qui met en scène la métamorphose d’une adolescente, pose le problème du genre, et « d’une mytho » qui affronte la réalité, se heurte à l’autre.

Michel Lansade 
(07/05/18)    



Retour au
sommaire
Jeunesse







Rouergue

(Février 2018)
Collection doado
128 pages - 11






Découvrir sur notre site
d'autres romans
de Catherine Grive :

Le bureau
des objets perdus


La plus grande chance
de ma vie