Retour l'accueil du site





Jørn Lier HORST


Les chiens de chasse


William Wisting est chef enquêteur au commissariat de Larvik. « Il aimait sa vie telle qu'elle était. Son travail d'enquêteur lui donnait le sentiment de faire quelque chose d'important qui avait du sens. Il ne souhaitait pas qu'il en fût autrement. »
Il vit avec Suzanne, sa deuxième femme ; la première, la mère de Line, est décédée. Mais depuis que Suzanne tient un café-galerie, « La Paix dorée », Wisting sent qu’elle s'éloigne de lui.
Sa fille, Line, reporter à VG, en charge des affaires criminelle, lui annonce que Rudolf Haglund, accusé et jugé coupable pour l'enlèvement et le meurtre de Cecilia Linde, incarcéré depuis dix-sept ans, est libéré car son avocat a démontré que la seule preuve de l'accusation, un mégot de cigarette, a été fabriquée par la police. William Wisting était l’enquêteur responsable dans cette affaire. Il est suspendu de ses fonctions. Wisting prend alors le dossier de l'affaire Cecilia et réenquête dans son coin. Une double enquête commence. Qui, au sein de la police, a introduit cette fausse preuve ? Qu’est-ce qui a bien pu lui échapper il a dix-sept ans ? Car il est sûr que le coupable est Rudolf Haglund, son instinct lui dit que c'est lui !

Pendant ce temps, Line est envoyée par VG à Fredikstrad où il y a eu un meurtre. Dans son enquête pour savoir qui est la victime, elle devance la police locale. Non seulement elle l’identifie, mais elle trouve son domicile où elle est elle-même agressée. Il se trouve que le meurtre a un lien avec l'affaire Cecilia...

Jørn Lier Horst, qui est lui-même un ancien policier norvégien, a écrit un roman à double intrigue où le travail de l'enquêteur est à la fois une recherche patiente, méthodique dans les dossiers (le père) et un travail de terrain (la fille), où l'un et l'autre, pas à pas, sont nécessaires à l'apparition de la vérité. Point de révélations subites, des faits qui se lient dans une Norvège pluvieuse. Nous allons d'un lieu isolé, comme abandonné, inquiétant, à la ville ou les personnes semblent aussi seules, délavées, en proie à la mélancolie, au blues, comme l'inspecteur Wisting.

Ce roman du Nord est un excellent polar où l'inspecteur Wisting a l'épaisseur d'une vie, mène son enquête sans esbroufe et nous entraîne avec lui dans un climat poisseux.

Michel Lansade 
(30/07/18)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Gallimard Série Noire

(Mars 2018)
480 pages - 21

Traduit du norvégien par
Hélène Hervieu



Découvrir sur notre site
une autre enquête
de l'inspecteur
William Wisting :

Fermé pour l’hiver