Retour l'accueil du site





Sarah MOSS


Après la fin


Être père au foyer n’est pas toujours évident, le regard des autres pas toujours bienveillant. Mais Adam Goldschmidt, historien de l’art, continue à gérer les tâches ménagères, préparer les repas, s’occuper des enfants, tout en donnant quelques cours à la fac. Sa femme, Emma, est médecin et travaille beaucoup pour assurer les dépenses de la maison.

Leurs deux filles, Miriam et Rose, grandissent sans problème jusqu’à ce coup de téléphone du lycée où l’on annonce à Adam que le professeur d’éducation physique a retrouvé Miriam allongée sur le terrain de sport et qu’elle ne respirait plus. Elle est emmenée à l’hôpital et prise en charge très rapidement ce qui l’a sauvée. Après avoir vécu une vie de famille sans alerte ni problème grave, voilà que tout bascule et l’angoisse devient permanente. La vie de la famille et de la maison est complètement bouleversée.

En effet, Miriam a eu une crise d’anaphylaxie. Une réaction allergique très forte d’origine inconnue a entraîné un arrêt cardiaque et respiratoire. Cela peut se reproduire à tout moment. Après une hospitalisation qui lui a paru bien longue, l’adolescente peut rentrer chez elle mais elle doit toujours avoir sur elle, le matériel nécessaire pour réagir au plus vite si cela se reproduit.

Ce roman nous fait vivre au quotidien l’angoisse de cette famille après ce douloureux épisode qui met en évidence la proximité de la mort brutale. Le présent est très compliqué et l’avenir est entaché par cette menace permanente.

C’est aussi l’occasion de parler de la situation dramatique des hôpitaux, du système éducatif, de l’exploitation de la main d’œuvre, de la période de la guerre et des recherches que réalise Adam Goldschmidt sur la cathédrale de Coventry détruite par les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le problème des personnels dans les hôpitaux anglais est majeur :
« Il y a eu un silence, pendant lequel elles ont médité sur cette injustice, sur le fait que nous vivons dans un pays qui paie mieux les jeunes femmes incarnant des elfes dans un magasin que celles qui prodiguent des soins à des enfants gravement malades. » Adam Goldschmidt s’interroge sur les choix de la société anglaise.

Le rythme du roman épouse cette vie au ralenti qui modifie les comportements de chacun, la surprotection du père pour sa fille, l’inquiétude de la mère médecin qui connaît bien les risques, le rejet de Rose qui a du mal à accepter tout ce que l’on fait pour sa sœur, la fuite ou la condescendance des amis ou voisins…

Brigitte Aubonnet 
(22/08/18)   



Retour
Sommaire
Lectures








Actes Sud

(Mars 2018)
416 pages - 23


Traduit de l’anglais par
Laure MANCEAU





Sarah Moss,
née à Glasgow en 1975, enseigne la Creative Writing à l'université de Warwick. Elle est l'auteur de six romans et d'un récit de voyage. Après la fin est son premier livre
publié en France.