Retour à l'accueil du site





Louise PENNY


La faille en toute chose
Une enquête de l'inspecteur-chef Armand Gamache


Louise Penny ne trompe jamais son monde et à chaque nouvelle intrigue, la situation amenée soulève débats, interrogations et bien sûr, un suspense qui nous tient en haleine jusqu’à la fin.  
Cette fois au début du roman, un premier chapitre, sorte d’introduction qui ne prendra son sens que plus tard, nous montre une femme qui tous les jours emprunte le tunnel Ville-Marie pour se rendre à son bureau : « Audrey Villeneuve savait que n’importe quoi pouvait arriver, mais il était peu probable que tout aille bien.»

Très vite aussi nous apprenons que la situation de l’inspecteur-chef Gamache, que nous connaissons depuis ses premières enquêtes, est délicate. « Le meilleur service des homicides du pays avait été démantelé, et son personnel remplacé par des vauriens paresseux, insolents et incompétents. » Et l’inspectrice Lacoste, collègue et proche d’Armand Gamache de penser : « Malgré tout, l’inspecteur Gamache réussissait à exercer son autorité sur eux, à les contrôler. Mais à peine. La balance était en train de pencher. » La restructuration de son service est due à l’ambition du directeur général Francoeur, son supérieur hiérarchique, qui profite ainsi de la conjoncturelle « faiblesse » de l’inspecteur-chef à peine remis d’une affaire qui a failli lui couter la vie ainsi qu’à son fidèle lieutenant Beauvoir – ce dernier, au demeurant déstabilisé et manipulé, n’est d’ailleurs pas loin de passer chez "l’ennemi" – pour fomenter un projet qui pourrait bien définitivement évincer son rival… Le poids des trahisons et des mesquineries ne faisant qu’augmenter.
Mais Louise Penny encore une fois va parfaitement distiller les doses d’indices, une à une, pour jouer avec notre respiration…

Au village de Three Pines, Myrna, la libraire sollicite l’aide de notre inspecteur-chef. Son amie, invitée pour les fêtes, n’est pas venue mais surtout demeure injoignable. Il accepte avec plaisir et revient donc dans ce petit village des Cantons-de-l’Est du Québec où il a dénoué et résolu plusieurs affaires par le passé. Retrouver ses habitants aux caractères typés, comme la poétesse Ruth toujours accompagnée de sa cane apprivoisée, Rose, qu’elle promène hiver comme été, ou le couple qui tient le bistrot, Gabri et Olivier, ou encore Clara la peintre, et Myrna, lui est agréable et bien opportun en ces temps pénibles. Et puis : « La neige recouvrait les maisons en pierres des champs, en planches à clin et en briques roses qui entouraient le parc. […] Constance avait l’impression qu’un alchimiste était à l’œuvre et que Three Pines était le fruit de son travail, un village apparu comme par magie au fond de cette vallée. »

Notre inspecteur-chef commence son enquête et découvre d’une part que Constance a été assassinée, mais d’autre part qu’elle était la dernière des sœurs Ouellet, ces fameuses quintuplées nées au début des années 1930 et qui avaient fait l’objet d’un programme de publicité complet pendant toute leur enfance. Nous en découvrirons progressivement toute l’étendue et les contraintes.
Mais qui a pu éliminer cette vieille dame, apparemment tranquille, et pourquoi ?
 
Par ailleurs divers évènements se produisent. Une personne du ministère se tue dans un tunnel et la police officiellement concernée n’a pas l’air de chercher les réponses. Des bruits courent. La directrice Thérèse Brunel se demande : « Et si la créature qu’ils traquaient existait depuis des années et continuait de grossir et de comploter ? Mettait patiemment en place des plans ? » Gamache en revenant plusieurs fois dans son service se rend compte, lui-aussi, qu’il s’agit d’éléments très graves auxquels Francoeur  et ses acolytes sont sans doute mêlés. Quant à imaginer que quelqu’un dans l’ombre tire les ficelles… 
À partir de là, Gamache va être concerné par les deux enquêtes. Il va collaborer avec la Directrice Brunel et son mari, en jouant très fin et en mettant aussi à contribution certaines personnes dans ce village – pourtant, ou justement – coupé du monde et des connexions internet. La lutte du pot de terre contre le pot de fer ?

Et c’est encore une preuve du talent de Louise Penny, que de juxtaposer ainsi le mystère d’un crime d’ordre privé, avec une situation de complot très dangereuse. Les personnages suscitent notre attention, par leur caractère, leur évolution, alors qu’en parallèle, le rythme de ce thriller, haletant et toujours dense, nous captive.

Enfin, et en guise de « cerise », on ne peut que se délecter de ces petites touches d’humour, semées juste pour titiller notre pensée concentrée sur le déroulement de l’action, et qui en l’allégeant, renforce par là-même sa pertinence !
Un régal de plus.

Anne-Marie Boisson 
(27/06/18)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Actes Noirs
(Mai 2018)
528 pages - 23,50


Traduit de l'anglais
(Canada)
par Louise CHABALIER
et Claire CHABALIER










Louise Penny

est née en 1958 à Toronto.
La série des enquêtes de l’inspecteur Armand Gamache, traduite en 25 langues et souvent primée, en est à son douzième volume au Canada.


Bio-bibliographie sur
Wikipédia




Découvrir sur notre site
une autre enquête
de l'inspecteur-chef
Armand Gamache :
Le beau mystère