Retour l'accueil du site





Vincent RAVALEC


Sainte-Croix les Vaches


Il s’appelle Thomas et règne en son Royaume. Il est agriculteur – mais pas que – et son Royaume se résume à un village du bout du monde, abandonné de tous et par tous, dont il est le maire. On connaît Vincent Ravalec. On sait qu’il excelle à mettre en place des situations limites, et à pousser ces limites jusqu’aux confins d’une dinguerie parfaitement réaliste, analysable, et imparable du point de vue de l’analyse contemporaine.
 
Prenons Thomas – le maire de Sainte-Croix les Vaches, donc – et Sheila, jeune femme quelque peu écervelée, maîtresse d’un député qui la propulse sur la scène politique à la faveur d’élections législatives car le mouvement En avant ! auquel elle est affiliée a le vent en poupe. Sheila, qui débarque sur les terres de sa future circonscription en clamant qu’elle est d’ici, de ces terres-ci (celles de Sainte-Croix), qu’elle y a passé son enfance alors qu’elle n’y a vécu que quelques jours moroses chez une vieille parente, à des années de là. La circonscription se joue entre elle et le représentant du FN. Elle gagne le siège. Prenons Thomas, héritier des terres de son père mort au combat cancéreux des pesticides, un Thomas miraculeusement riche grâce au magot de Monré, mafieux rencontré presque par hasard, et qui revient le hanter, avec lequel il discute de l’avenir de son « Royaume ». Ajoutons-y une bonne dose de magie qui, sous ses airs de superstition, sert de révélateur : un dénommé Médée « carte » (du verbe « carter ») la députée et son assistante, c’est-à-dire qu’il lit dans le jeu de tarot de divination de mademoiselle Lenormand, après avoir ingurgité une tisane à base, notamment, de sang menstruel de la députée et de son assistante, l’avenir et le devenir du Royaume. Rajoutons par-dessus tout ça les agissements de Lactalis, une imprimerie clandestine de faux papiers, la culture de cannabis bio (avec label certifié, et carte de fidélité pour les clients), la réintroduction des loups sur le territoire des Causses, la semence congelée d’un taureau d’exception…
 
Il y a mille façons, sans doute, de parler du monde contemporain, et d’en rendre compte. Il y a une centaine d’angles possibles pour aborder le thème. Vincent Ravalec choisit celui de la ruralité décalée. Il prend un territoire vierge ou à peu près (les Causses, en limite d’Aubrac), et pousse la fiction jusque dans ses retranchements les plus farouches : une mafia locale, bien organisée ; l’intrusion du politique au sein d’un territoire oublié qui n’en demandait pas tant ; le balancement entre céder au désir et rester dans l’entre-soi. Le tout sur fond de dénonciation d’un monde qui court à sa perte, dans un grand éclat de fou-rire.
 
Il ne faut pas voir – lire – Sainte-Croix des Vaches comme un exercice de pur Grand-Guignol. Dans la droite ligne du Cantique de la racaille, ou de Wendy, ce roman s’inscrit dans une géographie mentale plus ample, qui tente de mettre à nu ce que l’humain accomplit face à une adversité qu’il ne comprend pas, et maîtrise encore moins. Vincent Ravalec explore les possibilités – les possibles – d’une résistance à tous crins. Avec un humour dévastateur (ou entrent, pour une bonne part, Thoreau et Gracq en acteurs involontaires) qui nous renvoie dans les cordes de nos propres actions et réactions face au politique, à l’économique et au social. Sur le mode de l’allégorie hypertrophiée, il dresse un portrait sans concession de notre monde contemporain. En y injectant une dose salubre de recul vivifiant.

Christine Bini 
(20/03/18)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Lectures








Fayard

(Février 2018)
270 pages - 18









Vincent Ravalec
né à Paris en 1962, nouvelliste, romancier, scénariste et réalisateur
a déjà publié plusieurs dizaines de livres.


Bio-bibliographie sur
Wikipédia