Retour à l'accueil du site





Florence ROCHE


Les parfums d’Iris


Iris est une jeune femme qui ignore tout de son passé. A la mort de son père, elle va devoir étudier l’art délicat de la fabrication des parfums, devenir un « nez » exceptionnel, pour enquêter sur ses origines et sa véritable identité. Cette recherche la conduira de la Bretagne au Midi de la France et même en Allemagne où elle va découvrir des aspects terrifiants de certains membres de sa famille et comprendre pourquoi son père a préféré s’en éloigner comme de la peste.

Quand s’ouvre le roman, nous sommes en juillet 1965, à Nialvic, dans le golfe du Morbihan, Iris vient de terminer ses études au pensionnat et peut enfin travailler avec son père, Hyppolyte Elzéon, pharmacien-apothicaire réputé. Il passe le plus clair de son temps dans son laboratoire, derrière l’officine, à préparer ses potions, pommades et autres remèdes à base de plantes et de formules chimiques qu’il élabore, note et conserve dans des carnets soigneusement rangés . « Un soir, elle devait avoir huit ou neuf ans, Hippolyte lui avait confié l'existence d'un endroit secret, une grande cavité située sous une pierre de la cheminée. Il lui avait montré le fonctionnement de l'ouverture de la trappe. Il y avait entreposé ses notes et ses recettes, ainsi que quelques livres anciens et précieux. Il lui avait demandé d'attendre qu'il soit mort pour les lire. Malgré sa curiosité, jamais elle n'avait eu envie de lui désobéir et d'y fouiller derrière son dos. »

Ce jour de juillet 1965, il reçoit une visite qui le met très en colère. Lui qui a toujours refusé de répondre aux questions de sa fille, lui révèle qu’il appartient à une famille dévorée d’ambition qu’il a fuie et qui vient de le retrouver. « J’ai voulu t’arracher à leur emprise, à leur folie ! » Il comprend que sa tranquille existence d’apothicaire breton est terminée. Il met Iris en garde. « Si je meurs, quitte immédiatement cette ville. Pars très loin, et n’approche jamais la famille Dorian. Jamais ! Souviens-toi de ce nom. Dorian. »

A la mort de son père, elle respecte à moitié sa volonté. Partir loin, certes, mais ne jamais approcher la famille Dorian, ce serait trop demander. Elle veut comprendre d’où vient son père, qui était sa mère, quelles sont ses origines…

La famille Dorian, tout le monde la connaît, c’est une marque de parfums connue internationalement dont le siège est à Grasse.

Iris commence par s’installer à Aix-en Provence où elle arrive à intégrer un prestigieux institut de parfumerie. En travaillant d’arrache-pied et grâce à la passion qu’elle éprouve pour ce métier, elle devient une des plus brillantes élèves, reconnue par ses professeurs comme un « nez » exceptionnel, une conceptrice de parfums douée comme en recherchent les plus grandes marques. Un bel avenir lui est promis mais ce n’est pas son objectif.

Désobéissant en partie aux dernières volontés de son père, elle va au contraire pouvoir approcher la famille Dorian, chercher les secrets qui ont fait fuir son père et comprendre quel lien la rattache ou non aux Dorian.

Nous ne révèlerons rien bien sûr de ce qu’elle apprend peu à peu car les secrets sont nombreux dans cette famille depuis des décennies mais il y a tout de même un fait qu’elle découvre lors d’un séjour en Allemagne qu’on ne peut passer sous silence parce qu’il donne à ce roman un intérêt documentaire indéniable. C’est l’existence des Lebensborn (« fontaines de vie »)  créées par les nazis avant et pendant la Seconde Guerre mondiale pour développer et perpétuer la race aryenne. Plusieurs pages rappellent le fonctionnement de ces établissements, « implantés pour la plupart en Allemagne mais aussi en Belgique, dans les pays scandinaves et même en France », « conçus en 1935 sur l’initiative de Heinrich Himmler », qui fonctionnaient à la fois comme foyers de rencontres entre femmes  et SS dûment sélectionnés et comme maternités  pour les accouchements de parfaits petits aryens. C’est une des folies de l’idéologie nazie qui n‘est pas toujours connue et dont il est indispensable de rappeler l’existence. C’est un des grands mérites de ce livre !

Iris va participer à la dénonciation de ces crimes mais il y a d’autres secrets qu’elle va découvrir et qui vont lui permettre de trouver des réponses aux questions qu’elle se pose sur le rapport entre son père et cette famille, sur l’identité de sa mère, et tant d’autres interrogations sur ses origines. La fabrication des parfums est bien entendu au cœur de l’intrigue et le don d’Iris va lui ouvrir les portes derrière lesquelles se cachent tous les secrets. Un roman instructif par bien des aspects.

Serge Cabrol 
(31/10/18)    



Retour
Sommaire
Lectures








Presses de la Cité

Terres de France
(Octobre 2018)
320 pages - 20 €












Florence Roche, passionnée d'histoire,
a déjà publié une
vingtaine de livres.





















Pour en savoir plus
sur les lebensdorn :
Page Wikipédia