Retour à l'accueil du site





Fabienne SWIATLY

Boire et plus



Dans la famille tout le monde boit.
Le père, qui offre de l’alcool de poire aux amis de sa fille adolescente, « est le seul à boire du vin rouge. Installé dans un fauteuil, il pose le verre et la bouteille à ses pieds sur la moquette. »
La mère, elle, boit de la bière. Tant et tant que sa table de nuit est collante des canettes renversées.
Puis il y a la sœur et le frère. Le frère qui boit depuis l’armée et en arrêtant devient cet homme un peu bizarre, qu’on ne reconnaît plus, qui est moins bien qu’avant. La sœur arrêtera elle aussi de boire, s’éloignera aussi : « Il m’arrive de regretter les verres que nous buvions ensemble… »

Voilà donc la famille de Fabienne Swiatly, romancière, auteure de nombreux textes à la Fosse aux Ours, qui décortique ici son histoire personnelle à la lumière de l'alcool, sa relation à l'alcool à la lumière de toute sa vie. Car, si c’est tout d'abord à son histoire familiale que s’intéresse l'auteure, c’est pour mieux sonder les liens qui l’unissent à l’alcool, elle qui a bu à 13 ans sa première bière, découvert le Pineau des Charentes avec son premier amant, s’est saoulée à l’enterrement de ses parents…

C'est à travers une succession de courts paragraphes, à la manière de touches impressionnistes, qu'elle reconstitue son histoire, retrace son parcours qui va de la dépendance à la guérison, c’est-à-dire à l'arrêt définitif de l'alcool.

De ce récit introspectif qui analyse donc la construction de sa personnalité (comment celle-ci s’est créée à partir de l’alcool) émerge dans la dernière partie, Boire et plus, un nouveau « je », celui que Fabienne Swiatly va réussir à choisir en laissant derrière elle la boisson. On découvre en effet dans cette dernière partie, sorte de journal de sa cure, les questions et angoisses qui la traversent à l’heure de changer de vie : Sera-t-elle encore elle-même sans cette addiction ? Que laissera-t-elle d’elle en laissant l’alcool ? Sa personnalité profonde ? Ses origines ? Tout ce qui fut sa vie ?  « Comment couper avec la lignée familiale ? Couper dans le vivant de ma mémoire ? »

Ce qui frappe dans cet ouvrage c’est le souci d’objectivité de l’auteure, son désir de ne rien cacher, de décrire au plus près ce qu’est la vie d’une alcoolique, afin de retrouver la sincérité qu’elle avait perdue en buvant : « Je bois tous les jours. J’y pense tous les jours. Je voudrais arrêter. Je vérifie qu’il y a toujours quelque chose à boire à la maison. Dans les discussions, je minimise ma consommation. J’apprends à mentir. »

Comme dans toute autobiographie Fabienne Swiatly est ici à la fois dans la confidence, voire la confession (elle ne cache rien des excès auxquels l’a menée cette dépendance) et la construction de soi. En effet c’est la reprise en main de sa vie, dominée jusqu’alors par la boisson (« Boire. Être dominée par l’envie de, le besoin de, être dominée par. Pas de doute, je ne choisis rien. ») que nous donne à voir Fabienne Swiatly dans ce texte, à la fois saisissant témoignage et véritable réussite littéraire.

Amandine Farges 
(03/04/18)    



Retour
Sommaire
Lectures








La fosse aux ours

(Janvier 2018)
140 pages - 16









Fabienne Swiatly,
poète, romancière, nouvelliste et essayiste,
a déjà publié une
quinzaine de livres.




Visiter le site
de Fabienne Swiatly :
www.latracebleue.net