Retour l'accueil du site





Wendy DELORME


Le corps est une chimère


À première vue, ces petits chapitres titrés chacun d’un prénom, Philippe, Marion, Elise, Isabelle, Ashanta, Maya et Jo, et suivis d’une indication, pourraient s’apparenter à un recueil de nouvelles.

Le premier,  MARIA : Monsieur R, met en scène Maya, « travailleuse du sexe » et son étrange client Monsieur R . Elle le rencontre régulièrement dans un hôtel à Paris.

Le deuxième, MARION : Corps-chimère, qui en évoquant le corps, parle du « désarroi familier » d’une jeune mère. « Mais quelque chose en elle refuse d’accepter comme siens ces bras élargis, ces épaules pleines, cet excédent de matière marqué par les bretelles élastiques. » Le corps, est-il vraiment sa vraie préoccupation ? Nous apprenons qu’elle a mis au monde une petite fille et que sa compagne Elise, a porté leurs deux petits garçons.

Le troisième, PHILIPPE : Un homme divorcé. Sa femme, Isabelle, l’a quitté après des années de mariage. Le corps, le désir, l’absence de passion sexuelle ? L’histoire nous touche. « Isabelle vouait un culte à la plupart des actrices hollywoodiennes » et donc « s’habillait façon pin-up des années 50 en toutes saisons ». Philippe l’admirait, « fasciné qu’une femme, a fortiori la sienne, puisse sortir de chez elle chaque jour parée de tenues tenant la comparaison avec Jane Russell et Marilyn Monroe. »

ASHANTA : Une fataliste vit avec Camilleet dans ce chapitrec’est du corps d’Ashanta dont il est question, de sa peau. « Ces baumes dont Ashanta s’enduit le corps chaque jour après la douche tachent parfois les draps ou les vêtements de gras indélébile. » La question se pose encore, est-ce tout ?

ISABELLE : La féministe de service. Elle avait travaillé dans une agence de pub. Confrontée au machisme exacerbé de son patron, « elle avait choisi comme compagnon de lit et de vie l’être le plus inoffensif qui soit », « un mari dont le corps, les manières et l’esprit ne l’avaient jamais fait rêver. »

CAMILLE : Souviens-toi de ne pas les toucher. À Calais, Camille fait un reportage pour le Nouvel Obs et fréquente de près la population du camp. « Tout son corps la démange et surtout la saignée des bras et le cuir chevelu. » La cause, ici nous en est suggérée qui nous montre un aspect de sa personnalité.

 JO : Devenir flic. Jo est policier en uniforme et prépare le concours d’officier. « Jo pratique les arts martiaux depuis sa dernière année d’école primaire, époque de son premier passage à tabac dans les chiottes du gymnase par des gars de cinquième du collège d’à côté. »

Tous ces chapitres consacrés à un personnage vont revenir plusieurs fois, avec d’autres sous-titres, les qualifiant, indiquant une évolution, ou bien une histoire qui se tisse progressivement. Un seul personnage secondaire, aura son chapitre Jean-Luc.

Donc, le corps, une chimère ? Un signe ? Un prétexte ? Ou plutôt ce que les hommes et les femmes en font ! Ou bien alors l’importance qu’ils lui donnent au cœur de leur vie de famille, ou de couple, ou dans leur vie professionnelle. Consciemment ou non. « Une chimère » ? Source de plaisirs, de contraintes ou de fantasmes, est-ce lui qui finalement décide et oriente, indique une sexualité, à assumer ou pas ?

C’est effectivement de tout cela dont il est question dans ces histoires de vie, chez ces personnes différentes, en couples ou solitaires.

Et c’est ainsi que ces personnages vont révéler le propos de l’autrice. Car tout en jouant avec les liens existants ou à venir, entre eux, et perçus progressivement au cours de notre lecture, elle nous invite à réagir par-delà les signes des corps.

Cette construction originale est plaisante à lire, la narration, le plus souvent au présent, nous amène sur le vif du sujet en nous montrant telle situation, ou tel scénario qui évolue, ou tente de se préciser. Une manière plutôt judicieuse d’aborder certains problèmes de notre société.

L’habileté de l’écriture dans le propos descriptif, comme dans l’analyse, la légèreté de ton et de forme, malgré et peut-être surtout à cause de l’importance des thèmes – l’amour, la filiation, le corps, les orientations de vie – a bien ici, mine de rien, atteint son but : nous faire réfléchir tout en nous offrant un vrai plaisir de lecture.

Anne-Marie Boisson 
(03/09/18)   



Retour
Sommaire
Lectures








Au Diable Vauvert

(Septembre 2018)
280 pages - 19,50












Wendy Delorme,
écrivaine, enseignante
et performeuse, a déjà
publié plusieurs livres.

Bio-bibliographie sur
Wikipédia