Retour l'accueil du site





Anila WILMS


Les assassins de la route du Nord


Le code ancestral dans les montagnes d’Albanie, le Kanum, réglait depuis l’aube des temps les divers aspects de la vie de cette région reculée lorsque les Autrichiens décidèrent, au début de la Première Guerre mondiale, d’agrandir la route du nord contre l’avis des montagnards. Cela ne leur portera pas chance quant à la victoire de ladite guerre, mais  leur permettra tout de même de battre en retraite plus rapidement.

La paix nouvelle verra le début de grands changements pour le peuple des montagnes qui livreront des combats incessants pour conserver leur autonomie contre le nouveau pouvoir d’Albanie, localisé à Tirana.

En 1924, un évènement épouvante les montagnards, défraie la chronique et mobilise tout le pays. Une automobile, passant sur la route du Nord et traversant le pont de la Droja, est prise sous un feu de tirs croisés. On trouve dans le véhicule deux hommes criblés de balles et leur chauffeur à demi mourant. Les deux hommes assassinés étaient américains, l’un d’entre eux s’avérant être  le fils d’un sénateur.

C’est le début de ce livre qui mêle récit historique, roman policier et conte drolatique, s’appuyant sur des faits réels et conjuguant les ressorts de la diplomatie internationale avec les affres individuels de nombreux personnages, des plus simples aux plus arrogants.

L’évènement atteint de plein fouet les montagnards, très attachés au respect de l’hospitalité, mais se diffuse en cercles concentriques jusqu’à la capitale, dépassant les frontières de l’État. Le café Bristol, où se réunissent les journalistes, bruisse des hypothèses les plus folles concernant l’évènement. Le pouvoir décide d’instaurer l’état d’urgence.

Pendant ce temps, un  ambassadeur des États-Unis  prend justement ses nouveaux quartiers, avec pour essentielle mission d’évaluer les possibilités de trouver du pétrole dans cette région du monde où la diplomatie anglaise était déjà bien installée.  À peine a-t-il l’occasion d’évaluer les forces en présence qu’il se doit, avec quelques palpitations, de gérer la crise internationale liée à l’assassinat.

Tous les gouvernants s’agitent, autant les tenants du pouvoir que ceux qui aimeraient bien le leur ravir, les diplomates se jaugent, les services secrets s’en mêlent, les ennemis se massent aux frontières de ce nouvel État, prêts à tirer parti du désordre pour l’envahir.

Pendant qu’un navire de guerre américain patrouille aux larges de côtes, de nombreuses questions restent à éclaircir : Les bergers assassinés en représailles avaient-ils d’autres torts que d’avoir été les premiers sur le lieu du crime, l’un d’entre eux ayant eu, il est vrai, l’idée malencontreuse de s’intéresser de très près aux chaussures d’une des victimes ? Quelles manigances politiques, issues de quel camp – traditionnel ou moderniste – pourraient avoir dégénéré pour donner lieu à cette tragédie aux accents burlesques ? Et que fabriquaient ces Américains sur la route du Nord ?

La réponse à ces questions donne à l’auteur, avec une écriture bien rythmée, l’occasion de dresser des portraits jubilatoires de personnages au bord du gouffre.

Isabelle B. Nautre
(18/04/18)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Actes Sud

(Février 2018
208 pages - 19,80
Numérique : 14,99


Traduit en allemand par
Carole FILY









Anna Wilms
est née  à Tirana en 1971. Son roman a paru en Albanie en 2007, avant d’être revu pour sa publication en Allemagne où elle vit depuis
plus de vingt ans.