Retour l'accueil du site





Texte : Claude DARRAS & David TRESMONTANT
Photographies : Daniel Cyr LEMAIRE


La forêt de Boscodon


Après leur magnifique livre consacré à La forêt sacrée de la Sainte-Baume, Claude Darras et David Tresmontant nous emmènent sur un autre site d’exception : La forêt de Boscodon. Avec beaucoup de sensibilité et d’érudition, les auteurs explorent cette forêt des Hautes Alpes et nous disent ce lieu avec des mots simples et des mots savants. Rien dans le paysage n’est oublié, ni les hommes ni les choses ; les arbres, les animaux, les plantes, les insectes, les roches sont nommés… (« Il suffit de nommer la chose pour qu’apparaisse le sens sous le signe » disait Senghor) Le signe, c’est le forestier, le botaniste, le géologue, l’historien, le peintre, le paysan qui nous le font découvrir. Le forestier – ce jardinier de la forêt – nous raconte l’histoire fabuleuse du mélèze, du pin cembro, de l’épicéa et observe avec précision, sur la durée, le comportement de la forêt face au réchauffement climatique. Le botaniste aiguise notre regard et nous aide à trouver le sabot de vénus… Et Isabelle de France, saviez-vous qu’elle fréquente encore de nos jours les hêtres et les mélèzes ? Et la barbastelle, et le petit murin ? Tout ce petit monde habite la forêt de  Boscodon !

Boscodon, c’est aussi tout un passé de légendes, de métiers disparus, l’histoire des radeliers de la Durance mais c’est surtout des hommes et des femmes sans lesquels ce lieu serait sans âme. Avec bonheur, les auteurs vont à leur rencontre et, qu’ils soient bergers, sculpteurs ou bucherons ces hommes et ces femmes nous sont restitués dans toute leur singularité.

La forêt de Boscodon c’est bien sûr la monographie d’un lieu, mais c’est surtout un livre d’écrivain et de peintre. Le paysage est transcendé parce qu’ils ont vu – de l’intérieur – les couleurs du présent et du passé, parce qu’ils ont profondément ressenti et partagé les sentiments des habitants du lieu  et ont su  restituer avec précision le monde du vivant.

« L’emboîtement de l’ordre de notre quotidienneté à celui de la progression de la végétation dans la montagne, et de la végétation à la formation de la montagne elle-même et à son érosion, peut être compris et parcouru en pensées et en sensations  lorsqu’on trouve les bons passages. Ces passages sont des lieux particuliers, des harmonies de couleurs et certaines formes sont spécifiques. Boscodon en possède beaucoup et c’est peut-être pour cela qu’il a été choisi par les moines pour y établir leur abbaye. »

La forêt de Boscodon, un très beau livre dont le texte est accompagné de nombreuses photographies de paysages, de peintures, de portraits, de plantes, d’animaux… et bien sûr  un lieu à découvrir.

Yves Dutier 
(07/08/19)    



Retour
Sommaire
Lectures









Naturalia

(Juin 2019)
224 pages - 20










Découvrir sur notre site
le précédent livre
des mêmes auteurs :

La forêt sacrée
de la Sainte-Baume