Retour l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles





Jean CHATARD

Je vous écris du fond des mers


Ces nouvelles, qu’elles s’inscrivent dans une mouvance post apocalyptique comme Le signe des temps où un professeur d’université se retrouve en homme tronc, borgne de surcroît, à ramper dans un désert ou revisitent un mythe comme celui du  vaisseau fantôme (Un arbre sur la mer), distillent avec une certaine délectation la peur et l’horreur. La mer y engloutit ses proies (La mort sait attendre), la terre ferme ne vaut pas mieux (Mourir déjà), l’homme s’y avère d’une sauvagerie bestiale (nouvelle titre) ou atteint par des phénomènes bizarres de combustion (Feu le troisième homme) ou d’expansion (Un mal) le conduisant inexorablement à la mort.
La férocité manifestée par les caïmans de Trinidad Island, qui ont pour circonstance atténuante le consciencieux massacre deleur progéniturepar l’homme dans un but exclusivement lucratif, sera elle aussi à l’unisson.

Amateurs de fins heureuses passez votre chemin. Dans ces récits plus fantastiques les uns que les autres, parfois absurdes ou énigmatiques, toujours violents ou terrifiants, tous les personnages-narrateurs (des hommes exclusivement) sont condamnés à une fin atroce sans échappatoire possible mais non sans mystère. Même l’espoir de s’en sortir sain et sauf leur est refusé.

Avec Je vous écris du fond des mers, Jean Chatard quitte les rivages de la poésie pour, dans un flirt étonnant avec la littérature de genre qui n’exclut ici ni l’humour noir ni les questions philosophiques sous-jacentes sur l’identité, l’existence, le monde et la mort, nous faire frémir. Le néant envahit l’espace hors de tout repère réaliste et sans la moindre compassion humaine dans un jeu de massacre d’une noirceur et d’une férocité absolue. 

Les descriptions imagées et poétiques des décors qui abritent ces scènes d’horreur dignes du Grand- Guignol de la Belle Époque et la langue classique extrêmement travaillée, voire sophistiquée par moment, que l’auteur emploie pour ses récits d’épouvante créent un surprenant décalage entre le registre choisi et la facture utilisée pour la narration. 

Une curiosité qui a tout pour satisfaire les amateurs du genre et ceux qui apprécieront ici une prouesse  littéraire hors des sentiers battus qu’ils éviteront cependant de lire au coucher pour éviter que d’angoissantes images s’invitent dans leur sommeil. Frissons et rire garantis.

Dominique Baillon-Lalande 
(03/04/19)    



Retour
Sommaire
Lectures







Jean CHATARD, Je vous écris du fonds des mers
À L’Index

126 pages - 16






Jean Chatard
Jean Chatard,
né en 1934, poète et revuiste, a publié une trentaine de recueils de poésie et participé à de très nombreuses revues.