Retour l'accueil du site





Dominique CORAZZA


Temps de cerveau disponible

Voici quatre nouvelles pour dénoncer la société de consommation avec ses fonctionnements destructeurs.

C’est un recueil étonnant et visionnaire. Il part de situations qui existent déjà en partie et pourraient dégénérer complètement si nous laissons faire. Science-fiction et réalisme se côtoient et parfois la frontière est bien poreuse. C’est un cri d’alerte pour nous engager à réagir au plus vite.

L’horreur d’un monde où l’humain n’est plus pris en compte et respecté se révèle dans des ratages poussés à l’extrême.

La première nouvelle concerne un collège financé par des pubs. Si un élève est rebelle aux publicités cela pose problème car le but est qu’ils deviennent tous de bons consommateurs : « En d'autres termes, c'est ce qu'on appelle du gagnant-gagnant: le collège assure aux sponsors un temps de cerveau disponible de plus en plus étendu pour toutes leurs promotions publicitaires, tandis que les sponsors garantissent au collège les fonds indispensables à sa survie. »

Dans les autres nouvelles,
- un centre commercial est attaqué à une heure d’affluence : « Les zombies, c'est le nom que leur ont donné les nantis ou ceux qui s'imaginent l'être encore, sans se douter que leur tour viendra bientôt de passer du mauvais côté de la barrière. […] Les zombies sont des citoyens de seconde zone qui ont tout perdu et qui sont relégués dans des quartiers réservés et excentrés où les autorités sont censées leur assurer le minimum vital. Ceux qui avaient un toit ont été expulsés parce qu'ils ne pouvaient plus payer leurs traites, ou parce que des promoteurs ont racheté leurs quartiers sans respecter leur engagement à les reloger. »,
- des gloutons phagocytent peu à peu des humains : « Les gloutons avaient un effet apaisant sur les personnes âgées qui pouvaient parfois se sentir stressées par la foule des hypermarchés. Et ils étaient de formidables prescripteurs, tant auprès des enfants que des seniors. Ils avaient un don incroyable pour pousser à la consommation. »
- et les obèses perdent progressivement leurs statut car ils coûtent trop chers à la société : « D'où l'idée géniale de lier ce fléau à celui du recyclage des déchets dont personne ne venait à bout : un obèse évacué était lui-même recyclé en recycleur, dont les déchets organiques étaient eux aussi recyclés. »

C’est un cri d’alerte tout à fait nécessaire qui dénonce la société de consommation, ses abus et ses terribles dérives.

Brigitte Aubonnet 
(04/09/19)    



Retour au
sommaire
Jeunesse







Le Muscadier

(Février 2019)
112 pages - 10,50







Dominique Corazza
est écrivain et conteur.


Visiter le blog de l'auteur
dominiquecorazza.
blogspot.fr




Découvrir sur notre site
un autre roman
de Dominique Corazza :

Le 9e continent