Retour à l'accueil du site





Louis-Philippe DALEMBERT

Mur Méditerranée



Ce livre est un cri de désespoir. Cri de cette part de l’humanité que l’Europe ne veut pas entendre.

Il s’agit d’un roman témoignage qui s’inspire de faits réels : la tragédie d’un bateau de clandestins sauvé par un pétrolier danois en été 2014. L’auteur n’invente pas non plus ce long passage aux Enfers  en Lybie que vivent les migrants dans l’espoir de parvenir au « Paradis » européen. Rien n’est épargné au lecteur, ni l’avidité des passeurs, ni les conditions de voyage inhumaines, ni les violences, ni la séquestration, l’esclavage pour ceux qui ne peuvent pas faire face à l’inflation galopante des tarifs de passeur. Ni les cadavres qui jonchent chaque étape du voyage. Ni la terreur des subsahariens entassés en fond de cale sans lumière dans un chalutier en proie aux tempêtes.

L-P Dalembert  décrit le parcours de trois femmes depuis ce qui a motivé leur décision de partir jusqu’au voyage lui-même.  Dima fuit la Syrie en guerre. Elle vient d’Alep, accompagnée de son mari et de ses deux filles. Semhar fuit le régime autoritaire et l’interminable service militaire de l’Erythrée en espérant que sa famille ne sera pas martyrisée par la police en représailles. Elle part avec une amie, Meaza, et le fiancé de son amie. Chochana quitte le Nigéria avec son petit frère ; c’est la sècheresse  qui l’a contrainte à l’exode.

Qu’elles soient réfugiées politiques, économiques ou qu’elles fuient la guerre, elles ont fait le choix de l’exil en dernier recours. Elles ont dû s’arracher à leur famille, à leurs racines, au pays qu’elles aimaient pour l’incertitude de l’exil.

« Sa décision de partir avait été longuement mûrie pourtant. Ça lui avait pris du temps pour accepter l’idée que la terre matricielle ne pouvait plus la nourrir [...] Elle avait tant rêvé de ce départ. Elle s’était battue, avait surmonté mille tourments, affronté vents et marées. Maintenant qu’elle était en passe de concrétiser son rêve, elle eut envie de pleurer [...] Plus que vers l’inconnu, elle avait l’impression d’être une bannie en partance pour l’exil. Sans aucune possibilité de retour. »

Les conditions de la traversée de la Méditerranée sont emblématiques du sort qu’on réserve aux uns et aux autres, selon leurs moyens. Dima et sa famille voyagent sur le pont avec les plus fortunés. Semhar et Chochana sont entassées sans ménagement en fond de cale, dans l’odeur de poisson, dans une chaleur suffocante, sans air et sans lumière. La tempête faisant rage, les malheureux ne peuvent échapper ni à « la sensation d’être pris dans le tambour d’une machine à laver, l’essoreuse déraillée lancée à pleine vitesse. Ni aux nausées qui montaient, inlassables, à l’assaut de leur œsophage. »

Chacune des trois femmes choisies par Dalembert ne réagit pas de la même manière à l’épreuve ultime de la traversée.  Dima ne cherche qu’à protéger ses filles, y compris des autres passagers qu’elle ressent comme une menace. Chochana, malmenée par le mal de mer et surtout par l’enfermement qui met à mal sa claustrophobie,  reste attentive à Semhar qu’elle a choisi de protéger depuis le hangar en Lybie lorsque son amie érythréenne Meaza n’est pas revenue de sa journée de labeur. Semhar a une âme de cheffe malgré son petit gabarit. Elle décide de quitter la cale, de gré ou de force pour ne pas y mourir étouffée et entraine avec elle tous les « calais ».

Quand ceux d’en bas tentent de sortir de la cale ils sont sauvagement massacrés par les passeurs sans que les passagers du pont n’osent broncher. Sur les 750 migrants embarqués, seuls 569 rescapés ont pu être sauvés par le pétrolier.

Un livre d’une actualité brûlante. Un roman qui permet de donner des noms, de la chair à ces chiffres qui n’ont pas de visage. L’auteur parvient, le temps du livre, à nous faire partager le sort de ces femmes grâce à un récit nourri de sa propre empathie à leur égard.

Nadine Dutier 
(20/09/19)    



Retour
Sommaire
Lectures







Louis-Philippe DALEMBERT, Mur Méditerranée
Sabine Wespieser

(Août 2019)
336 pages 22












Louis-Philippe Dalembert,
auteur haïtien né à Port-au-Prince, vit à Paris. Il a publié de nombreux ouvrages (romans, nouvelles, poésie…) et obtenu plusieurs prix littéraires.



Bio-bibliographie
sur Wikipédia