Retour l'accueil du site





Éric DUSSERT & Christian LAUCOU

Du corps à l’ouvrage
Les mots du livre


Voilà un ouvrage qui a du corps ! Tout lecteur a une relation quasi charnelle avec le livre. Dans ce livre qui parle du livre sous la forme d’un dictionnaire, mais pas seulement, on enrichit son vocabulaire, on y apprend un jargon – ce mot souvent employé de façon péjorative alors qu’il désigne simplement le vocabulaire spécifique à une profession. Les mots et expressions du monde du livre sont tout un poème : colophon, feuille de malheur, moine, cul-de-lampe, œil, poignard… la surprise surgit à chaque page. Les grands noms de la librairie et de l’imprimerie ne sont pas oubliés, on y trouve par exemple, Marcel Béalu et Etienne Dolet – je traque les noms de ces deux hommes dans tout ce que je lis, et les retrouver tous les deux ici est fabuleux.
 
Un livre qui parle du livre se doit d’être pensé et mis en page. Du corps à l’ouvrage est conçu horizontalement et verticalement – sur les fausses pages court, le long du texte, une frise chronologique – mais également en surimpression. Le dos est apparent, on voit les coutures des cahiers. Au centre, un cahier technique, sur fond jaune soleil, donne des indications précieuses sur les formats de papier et la typographie. On y apprend, là encore, une foule de choses merveilleuses, comme les noms des anciens formats de papier dont ne subsistent aujourd’hui que le Raisin et le Jésus, ou les anciennes dénominations des corps de caractères en points Didot, du Diamant ou Quadruple-Canon (corps 3 et corps 112).
 
Eric Dussert et Christian Lacou, dans leurs définitions, s’amusent et s’engagent. Jeux de mots, ironie, mais aussi défense de l’imprimé face à l’électronique. En hommes du livre – le premier est écrivain, le second typographe – ils savent que le livre est insurpassable.  Exemple, à l’entrée « Ebook » :
« On lui prête essentiellement des vertus de container (“Pour partir en voyage, j’ai tant de livres sur ma tablette”) puisqu’un reader, appareil destiné à la seule lecture, ou ce petit ordinateur sans clavier dit tablette peuvent contenir des centaines ou des milliers de titres ».
 
De titres, pas de livres… Depuis l’invention du codex, qui a succédé au rouleau, l’avancement de la lecture est visible et tangible. Sur une liseuse, on ne sait jamais où l’on en est… et le lecteur est frustré dans sa lecture.  Du corps à l’ouvrage est dédié à Umberto Eco, qui expliquait que le livre était « tout comme la fourchette : indépassable. Irremplaçable. Pérenne ». Une forme parfaite destinée à durer, stabilisée. Dussert et Laucou nous offrent tout du livre : son vocabulaire, son histoire, ses héros. Et nous montrent qu’un livre, ce n’est pas qu’un texte.

Christine Bini 
(08/03/19)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Lectures










La Table Ronde

(Février 2019)
288 pages - 24