Retour à l'accueil du site





Karo HÄMÄLÄINEN


Une soirée de toute cruauté


Des téléphones portables sonnent. « Mais personne n’entend ce tintamarre, personne ne fait ce que tout le monde ferait après avoir subi des sonneries de téléphone pendant une demi-heure […] Dans l’appartement, il n’y a personne de vivant. »
Ainsi ce termine le prologue…

Trois anciens camarades, Mikko, Veera, et Robert se retrouvent à Londres dans l’appartement de ce dernier et de sa nouvelle femme, Elise. Amis d’enfance et de jeunesse, Mikko et Robert ne s’étaient pas vus depuis une dizaine d’années. Mikko a épousé Veera et ils ont une fille adolescente. À son arrivée, celui-ci confie : « Si je venais d’endurer trois heures de supplice dans l’enfer du voyage, ce n’était pas parce que je voulais tuer mon ami d’enfance. Non, je ne voulais pas. J’étais obligé, sous peine de subir une vie entière de regrets. »

Au cours de leur jeunesse en Finlande, ils semblent avoir partagé beaucoup de choses, peut-être un drame, ou un secret, qui risque de planer, on le devine, dès les premiers moments des retrouvailles. Celles-ci sont à l’initiative de Robert, devenu un riche banquier, qui proclame que fortune et réussite ne sont pas les fruits du hasard. Mikko, quant à lui, suppose qu’il s’agit certainement de compromis complexes et douteux. Mais n’est-il pas lui-même un journaliste d’investigation à l’affût et aux articles ravageurs, intransigeant, voire scrupuleusement extrémiste…

L’atmosphère qui se dégage vite, malgré les amabilités conventionnelles, est donc déjà chargée, et les intentions révélées de Mikko nous préoccupent. Au début du roman, certains violons vont peut-être s’accorder ? Et c’est ainsi que le talent de l’auteur nous apparaît, car malgré les indices, discrets ou non, on est bel et bien dans l’expectative. S’agirait-il d’un règlement de comptes ? Lequel ?
On repense au prologue…

Ainsi, chacun à leur tour, les quatre protagonistes vont nous donner leur point de vue sur ce qui se passe. Les discussions, les souvenirs partagés, comme les regrets ou les sentiments seront analysés, toujours avec plus au moins de clairvoyance ou de sincérité.
Et en alternance régulière au fil des chapitres.
« Quelle arrogance !
J’avais envie de me jeter par-dessus la table, de l’empoigner par le cou, et de l’étrangler sur- le-champ.
Sous la nappe, ma main était attirée par le sachet de strychnine. »
Les questions demeurent. Le crime prémédité est-il  bien une réalité ? Un jeu ? Va-t-il être perpétré et comment ?

En parallèle, entre ces chapitres nommés, vient s’insérer la narration d’une personne anonyme, qui voyage et fuit. Faisait-elle partie des quatre convives ? A-t-elle échappé à un drame ?

Mikko, Veera, Robert et Elise, tout au long du roman, vont également échanger leurs réflexions sur la littérature, la finance, la politique, la morale… Ce qui va nous procurer de quoi nourrir nos imaginations, et nous permettre entre autres de vérifier le tissage de nos doutes avec le suspense… Et nos allers-retours d’en augmenter alors l’intensité.
 « Mikko a dit : On ne peut comprendre les détails si l’on n’a pas la vue d’ensemble.
Robert a dit : La vie n’est pas faite d’ensembles, elle est faite de détails.
J’ai dit : La vie c’est mourir. La mort est la cause théologique de la vie.
J’ai articulé toute la phrase sans buter sur le mot difficile. »
Mais il n’est pas question de révéler ici le nom de la personne qui rapporte  ce dialogue !
« Mikko accusait les marchés alors qu’il aurait dû accuser les gens. Les marchés ne font que traiter des informations. Ils n’ont pas d’avis. »

Au fil de la lecture, on apprend ce qui s’est passé autrefois, mais également au cours de ces dernières années. La tension monte, et des impondérables surviennent qui entraînent improvisations, décisions rapides ou reportées… Des actes vont se poser, les scénarii se réduire.

Les cartes sont là qui nous montrent comment un suspense s’articule après s’être installé et, bien sûr, pour notre grand plaisir… l’habileté de l’auteur est bien là !

Et juste pour "le fun", cette réflexion de Robert à propos d’Agatha Christie : « Un résumé était une bonne mesure, pour un polar. Ça concentrait l’essentiel en quelques pages. […] Et le comble, ce serait qu’un truc aussi inintéressant que l’époque de floraison des crocus soit justement l’indice sans lequel on passerait à côté de toute l’intrigue.»
À méditer…

Anne-Marie Boisson 
(04/07/19)    



Retour
Sommaire
Noir & polar







Karo HÄMÄLÄINEN, Une soirée de toute cruauté
Actes Noirs
(Mai 2019)
384 pages - 22,50


Traduit du finnois par
Sébastien CAGNOLI










Karo Hämäläinen,

né en 1976,  a été journaliste économique pendant plus de quinze ans et dirige maintenant un magazine littéraire finlandais. Il est l’auteur de plusieurs romans et de livres pour la jeunesse.