Retour à l'accueil du site





Didier JEAN & ZAD


Sweet Homme


Prune rencontre Axel au club vidéo du lycée. Elle est très vite amoureuse de lui. Ils vont au cinéma ensemble et se prennent la main mais Axel ne semble pas très motivé. Il est très gentil avec Prune, ils échangent beaucoup, ils s’entendent très bien et Prune se considère comme la petite amie d’Axel mais elle le trouve très peu entreprenant avec elle. Lors d’une soirée de Nouvel an, elle voit Axel dragué par un garçon. Prune se pose beaucoup de questions mais ne veut pas forcément voir la vérité.

« Dans le bus du retour, la joue collée à la vitre embuée, j'ai pensé avoir rêvé. Derrière une vitrine de café, je venais d'apercevoir fugitivement Axel, attablé en face d'un type grand, mince et blond...
Le lendemain, je n'ai pas pu m'empêcher d'interroger Axel sur son cours de danse. J'aurais mieux fait de m'abstenir. Son mensonge, servi avec beaucoup de naturel, m'a fait souffrir plus que la vérité.
Lorsque j'y pensais – et j'y pensais souvent – je me demandais pourquoi il m'avait dissimulé son rendez-vous avec Melvil. »

Le roman montre bien le point de vue de Prune qui découvre peu à peu l’attirance d’Axel pour les garçons. Lui-même a du mal à accepter ce qu’il ressent vraiment.
« – Quand je pense à Melvil, j'ai le vertige. Quand je le vois, mon corps est parcouru de frissons. Comme ces danseurs, tout à l'heure...
J'ai détourné le regard. Ce visage, cette passion, c'était impudique. Mon corps aussi, jusqu'à sa plus petite fibre, était parcouru de frissons. Axel venait de décrire très exactement les sentiments que je ressentais pour lui. Il faut croire que j'ai une vocation de martyre car je l'ai laissé finir de planter les clous sur la croix où j'étais montée.
– Tu sais, Prune, j'ai toujours été attiré par les garçons. Ce soir, pour la première fois, j'ose l'avouer. Mais l'assumer, c'est autre chose... J'aimerais tellement aimer une fille, une fille comme toi. »

Etre adolescent et se sentir différent n’est jamais simple. De plus, la différence n’est pas acceptée facilement dans la société. Beaucoup d’homophobie existe encore.
S’affirmer tel que l’on est face aux autres est parfois très difficile.

Ce roman est un très beau voyage dans la complexité de l’amour, de l’amitié, du cheminement pour trouver l’expression de ce que l’on ressent vraiment.

L’écriture dynamique et fluide de Didier Jean et Zad permet de pénétrer facilement dans l’univers des adolescents. Ce roman aidera toutes celles et tous ceux qui ne comprennent pas ce qu'ils ressentent.

Brigitte Aubonnet 
(11/12/19)    



Retour au
sommaire
Jeunesse









Utopique

Collection Alter Égaux
128 pages - 7

À partir de 13 ans




Découvrir sur notre site
d'autres livres
des mêmes auteurs :

Collection
Bisous de famille


Gaufrette & Nougat

Cuikomo

Mes rêves
au grand galop


Deux mains pour le dire

Papi Chocolat

Ma place dans le puzzle

Pour toute la vie

Et toi,
comment tu te sens ?


Paris-Paradis