Retour à l'accueil du site





Anne-Solen KERBRAT


L’archipel des secrets


L’île de Bréhat, si jolie, fleurie et accueillante à la belle saison est d’une nature bien plus inquiétante en période de grosse tempête. De la pluie et du vent nuit et jour, pas de bateaux, pas de communications téléphoniques ou d’internet et une alimentation électrique capricieuse. Les conditions ne sont pas très favorables pour mener une enquête de police. Mais on ne peut pas laisser un cadavre sur une plage sans essayer de savoir d’où il vient…

Dans sa grande maison d’hôtes, Armance accueille des écrivains en résidence. En ce moment, ils sont une dizaine, seuls ou en couples, venus là pour trouver le calme, le grand air et la disponibilité d’esprit pour relancer ou poursuivre leur travail d’écriture. Auteurs de romans, d’articles, de livres pour la jeunesse, de bandes dessinées ou de guides touristiques, qu’importe la nature de leur production, ils sont tous les bienvenus chez Armance qui se montre aux petits soins pour leur assurer toutes les conditions d’un séjour aussi agréable que studieux.

Manque de chance, la tempête va créer une atmosphère houleuse peu propice à la concentration ou à la détente. Les rafales de vent font craquer les arbres et claquer les volets, les violentes averses ne facilitent pas les promenades méditatives.

Si on ajoute à cette météo déchaînée, la découverte d’un cadavre sur la plage, on se doute que la quiétude des résidents va être sérieusement perturbée.

Le commissaire Perrot, personnage récurrent de cette série policière, se serait, lui aussi, bien passé de cette macabre découverte. En situation de rapprochement affectif avec la commandante Jeanne Sixte, il espérait que la mission qu’on leur a confiée sur l’île de Bréhat ressemblerait plus à une escapade amoureuse qu’à une enquête en milieu hostile. Leur hiérarchie les a envoyés faire un audit sur l’opportunité de la mise en place d’un service de police pérenne sur l’île. Ils devaient simplement étudier la situation et fournir un rapport.

Mais lorsque ce cadavre est découvert sur la plage, alors que les communications sont coupées avec le continent, ils sont bien obligés de prendre les choses en main. Ils font transporter le corps chez une infirmière qui le conservera dans une pièce fraîche jusqu’à ce que les bateaux puissent reprendre les traversées. Sans téléphone et sans internet, sans liaison possible avec les fichiers de police, l’identification de la victime et les renseignements sur la population locale ne sont pas évidents…

Les deux policiers vont interroger les rares personnes présentes sur l’île et notamment ces écrivains regroupés dans la maison d’hôtes. Nous allons ainsi découvrir la personnalité de chacun mais aussi les relations qui existent entre eux.

Qu’il s’agisse des îliens ou des touristes littéraires, les secrets ne manquent pas… Et certains ont à voir avec des souvenirs de pensionnat ou avec le Canada. Pourquoi ? Comment ? Suspense…

En fin d’ouvrage, Anne-Solen Kerbrat nous explique que cette fiction lui a été inspirée par la politique canadienne d’assimilation des enfants autochtones à la culture blanche dominante qui a sévi au XIXe et XXe siècles, période pendant laquelle plus de cent cinquante mille enfants indiens ont été retirés de leurs familles pour être instruits par des groupes religieux. Le dernier pensionnat autochtone a été fermé en 1996. L’autrice ajoute deux extraits des témoignages recueillis par la Commission Vérité et Réconciliation qui a publié son rapport en 2009.

Il est toujours intéressant de voir la littérature mettre en lumière les sombres souvenirs que certains souhaiteraient qu’on oublie définitivement. On ne peut que remercier les auteurs qui participent ainsi à l’enrichissement de la mémoire collective et à la lutte contre le silence coupable qui entoure encore aujourd’hui certains événements peu glorieux du passé. Et dans ce domaine, le roman policier joue pleinement son rôle.

Serge Cabrol 
(23/12/19)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Palémon

(Juillet 2019)
336 pages - 10








Anne-Solen Kerbrat,
née en 1970 à Brest, a été professeur d’anglais avant de se consacrer à la traduction et à l’écriture. Son premier roman a été récompensé par le Prix du Goéland Masqué. L'archipel des secrets est son treizième roman.




Découvrir sur notre site
un autre roman
d'Anne-Solen Kerbrat :

Là où tout a commencé