Retour à l'accueil du site





Jo NESBØ


Le couteau


Après un petit détour shakespearien par Macbeth, Jo Nesbø revient aux aventures de Harry Hole.
Harry, qui a réintégré la police d'Oslo sous les ordres de Katrine Bratt, attaché plus que jamais au bourbon Jim Beam, se réveille en sang. Harry haleta. Un son vrilla ses tympans : la douleur ne se concentrait pas juste à l'arrière de ses yeux, son cerveau entier n'était plus qu'un vaste centre de douleur. C'était ce même bruit qui avait provoqué le rêve. […] Et encore une fois, ce fâcheux espoir fidèle et imbécile pointa le bout de son nez. » Fi de l'espoir, c'est un coup de bambou, LE coup de bambou que va recevoir sur la tête Harry. C'est le début d'une descente aux enfers, comme le dit la quatrième de couverture.

Harry enquête, s'interroge, constate. « Harry savait ce qu'il faisait. En se mettant en mode enquêteur, il essayait de se protéger d'une douleur intenable. Il ne la ressentait pas encore, mais c'était un train de marchandises impossible à arrêter. […] Avant de commencer à boire seul, il avait eu la même relation à l'alcool : il se précipitait dans le bar le plus proche chaque fois que ses talents de buveur étaient requis pour contrer son mal de vivre. Il apparaissait ainsi sur une scène qu'un temps, il avait eu le sentiment de maîtriser. Et pourquoi pas ? Quand on voit sa vie, sa seule raison de vivre, brisée devant soi, pourquoi ne pas partir du principe que la partie du cerveau gouvernée par l'instinct fait le seul choix logique, nécessaire, en optant pour la fuite ? L'alcool. Le mode enquêteur. »

Au bout du bout, Harry sera-t-il comme l'eau ? « Car c'est fort l'eau. La raison pour laquelle un poisson d'eaux profondes n'est pas aplati dans les profondeurs, là où un char d'assaut blindé aurait été comprimé comme une boîte de conserve, c'est, comme chacun sait, que le corps du poisson est essentiellement constitué d’un élément qui, quelles que soient les forces appliquées, reste incompressible : l‘eau. »

Pour ce dernier, en date, Haris Hole, Jo Nesbø nous livre une superbe intrigue, dont on ne peut rien dire pour laisser la découverte aux lecteurs, magistralement construite, où l'on retrouve de vieilles connaissances : Katrine Bratt, Øystein, Bjørn Holm, Svein Finne, le violeur en série qui, remis en liberté, sévit toujours... et bien sûr la rivalité entre la police dOslo et Kripos, ainsi que VG avec sa journaliste Mona Doa
.
Une superbe intrigue où un des thèmes est la paternité ainsi que l'acte de tuer. Tuer de sang-froid, possibilité mentale de le faire, traumatisme avec notamment Roar Bohr et Kaja Solness qui reviennent d'Afghanistan.

Et puis toujours des femmes plus ou moins amoureuses d'Harry et la musique qui sème ses petits cailloux tout au long du roman.

« Elle lui était venue dans un instant de clairvoyance. La chanson avec ce vers, "We’ll understand it all" n'avait pas été une pièce du puzzle, mais une porte qui s'était ouverte sans préavis et avait éclairé toute cette obscurité. »

Le couteau est un des meilleurs Harry Hole.

Michel Lansade 
(28/10/19)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Gallimard / Série Noire

608 pages - 22 €


Traduit du norvégien par
Céline Romand-Monnier





Jo Nesbø

Bio-bibliographie sur
Wikipédia


Découvrir sur notre site
d'autres romans
du même auteur :

Du sang sur la glace

Le fils

Soleil de nuit

La soif