Retour l'accueil du site





Francesco PITTAU


Petit Garçon


Ce petit livre est un recueil d’une dizaine de textes, très joliment illustrés, autour d’un personnage simplement nommé « le petit garçon ».
Dès les premières pages, on fait connaissance avec le petit garçon et ses parents qui ont bien essayé de le faire manger un peu plus pour qu’il grandisse plus vite mais ont dû renoncer quand il a commencé à devenir rond et que tout le monde s’est mis à l’appeler « la petite boule ».

Ensuite, on découvre ses « amis » qui vivent dans sa chambre : Zork le crocodile, Bouh l'hippopotame, Triny le chien, Touit le perroquet et Pelote le mouton.
Le crocodile rêve de dévorer le mouton mais l’hippopotame et le chien veillent sur lui.
C‘est surtout dans un texte d’une dizaine de pages, Il était une fois dans la forêt, qu’on voit les animaux vivre une véritable aventure, menacés par un monstre qui les poursuit dans la nuit et les enlève un par un. Le ton est celui de la peur (même si Zork essaye de jouer les courageux) mais le lecteur comprend vite à qui appartient cette « Main-Monstre » qui terrorise les animaux…

Le petit garçon, lui aussi, vit des aventures étonnantes comme lorsqu’il ne reconnaît plus son reflet dans le miroir ou qu’il se réveille sous la forme d’une mouche en train de marcher au plafond.

Certaines histoires unissent la poésie et le fantastique comme celle de ce petit bout de tissu noir que le petit garçon trouve un matin dans la salle de bain. « Je suis un bout de nuit resté ici par distraction. Je me suis endormi. Je n'ai pas entendu les autres partir avant le lever du jour. Et quand il a fait clair, je ne pouvais plus partir. J'étais cloué ici en espérant que la lumière du jour n'entre pas dans la salle de bains. À la lumière, je disparais. Heureusement, il n'y a pas de fenêtre. Mais si quelqu'un me ramasse et me jette dehors, je suis fichu. » Le petit garçon cache le petit bout de nuit toute la journée au fond de sa poche pour le protéger de la lumière et le remet à sa place le soir avant d’aller dormir…

Une autre fois, il est confronté à un poussin noir qui a faim et peur ou à une boîte qui contient une boîte qui contient une boîte, sans oublier le jour où il perd une dent et la cherche partout.

Mon préféré, peut-être, est un texte intitulé Le dessin qui concernera plus directement certains enfants et qu’on pourra lire et relire quand on voudra les amuser. « Quand il s'ennuyait, il ouvrait sa boîte de crayons de couleur et dessinait sur une grande feuille de papier blanc ce qu'il aimait dessiner : un bonhomme tout tordu, un palmier, une île, une montagne de déchets au-dessus de laquelle volaient des oiseaux qui ressemblaient à des éléphants, un chien à trois pattes et une maison si biscornue que personne n'aurait pu habiter dedans (sauf le bonhomme tout tordu). La maison avait une cheminée qui fumait tout le temps, même en été. » Voilà un dessin comme on en voit souvent. Seulement, ce jour-là, le petit garçon est plus distrait que d’habitude, moins appliqué, et les personnages dessinés se plaignent. « Le bonhomme tout tordu était encore plus tout tordu que d'habitude, le chien n'avait que deux pattes, les oiseaux ressemblaient à des éléphants ailés, la montagne de déchets montait jusqu’au ciel, l’île était à moitié enfoncée dans l’eau et le palmier penchait comme s’il était malade. » L’apprenti-dessinateur va essayer d’arranger les choses mais le résultat n’est pas très convaincant…

Les dessins, souvent épurés, comme tracés avec des feutres ou des crayons de couleur sur un fond blanc, sont très expressifs et pleins d’humour Cela crée une proximité entre le jeune lecteur et les illustrations. Voilà un petit livre aussi joli qu’intéressant.

Serge Cabrol 
(27/09/19)    



Retour au
sommaire
Jeunesse







MeMo

(Septembre 2019)
Format 14 x 19 cm
72 pages - 10

À partir de 7 ans



Illustrations de
Catherine CHARDONNAY