Retour à l'accueil du site





Vijay PRASHAD

Une histoire politique du tiers-monde*



Si l’expression ‘tiers-monde’ est apparue en 1952 pour désigner l’ensemble des pays africains, asiatiques, océaniens ou du continent américain ‘en carence de développement’ et  n’appartenant ni au bloc soviétique ni au bloc des puissances occidentales, le terme tiers-monde est vite devenu pour les grandes puissances synonyme de pays arriérés et sous-développés, incapables de subvenir aux besoins de leurs populations de plus en plus nombreuses. Rarement la ‘carence en développement’ n’étant imputée aux puissances coloniales qui ont pillé sans vergogne pendant des décennies les ressources de ces pays et imposé des rapports économiques inégalitaires.
Dans Une histoire politique du Tiers-Monde, Vijay Prashad se place résolument dans le camp des ‘nations obscures’ et relate avec précision et clarté trois quarts de siècle d’histoire du tiers monde qui « n’était pas un lieu, mais un projet ». Projet qui prend naissance lors de la première réunion de la Ligue contre l’impérialisme à Bruxelles en 1928 et qui se poursuivra avec le souffle extraordinaire de libération qui s’est manifesté dans les grandes réunions internationales (Conférence Afro-asiatique de Bandung en 1955, Conférence afro-asiatique des femmes au Caire en 1961, Conférence du Mouvement des non-alignés à Belgrade en 1961, Conférence tricontinentale de la Havane en 1966). Chacune de ces conférences est remarquablement documentée et donne à chaque fois un éclairage pertinent sur les débats, les contradictions et les espoirs survenus pendant toute cette période des indépendances.
Par ailleurs, l’auteur n’élude ni les écueils ni les pièges auxquels ont dû faire face  les nations obscures nouvellement libérées du joug colonial. Il rappelle à juste titre que ces luttes de libération nationale interviennent dans un monde dominé par les deux blocs soviétique et atlantique et que de nombreux écueils ne sont pas étrangers aux affrontements entre ces superpuissances  : Dérives de l’Etat autoritaire, coups d’Etat militaires de généraux et de colonels (souvent organisés ou soutenus par l’ancienne puissance coloniale), ‘socialisme’ à marche forcée à la Nyerere, rôle des bourgeoisies nationales dans la répression des mouvements populaires progressistes et jusqu’à la  liquidation massive des communistes et des organisations ouvrières comme par exemple en Indonésie… Dans chacune des situations propre à chaque pays nouvellement indépendant, Vijay Prashad analyse toujours avec précision et documents à l’appui les raisons qui dans la majorité des cas ont conduit à la confiscation des libertés des peuples et à l’abandon de tout progrès social.
Avec l’effondrement du deuxième monde et son corollaire la domination sans partage du premier monde, l’auteur consacre une part importante de son analyse aux aspects économiques  de la globalisation pilotée par le FMI. Arguments et exemples à l’appui, sa démonstration est sans appel : le rôle du FMI et de la Banque Mondiale constituent une arme redoutable pour poursuivre la domination du tiers-monde sous d’autres formes et briser tous les espoirs qui avaient pu naître à Bandung :
 « Toute menace à l’ordre établi doit être anéantie, même si cela implique la venue des hommes forts pour prendre à tâche la destruction en allant jusqu’à faire verser le sang. La mort de ceux et celles qui rêvent est plus acceptable que la mort de l’ordre au service de la Propriété et du Privilège. »
Telle est bien la devise cynique et toujours à l’œuvre de l’impérialisme et du néo-colonialisme.
Et pourtant, comme le rappelle  Omar Benderra dans sa préface, l’Algérie, qui a vu sa Libération Nationale confisquée par un Etat militaire autoritaire et corrompu, connaît depuis le 22 février 2019  une ‘irruption démocratique du peuple’. L’esprit de Bandung n’est pas mort !
Une histoire politique du tiers-monde est un document exceptionnel, une véritable clé de lecture du monde du temps présent.

Yves Dutier 
(14/11/19)    

*  L’édition originale de ce livre a été publiée en 2007.par The New Press sous le titre The Darker Nations : A People’s History of the Third World. La première édition française a été publiée en 2010 sous le titre Les nations obscures,une histoire populaire du tiers-monde. La présente édition (2019) est augmentée d’une post-face de l’auteur et d’une préface d’Omar Benderra.



Retour
Sommaire
Lectures








écosociété

(Octobre 2019)
408 pages - 22


Traduit de l'anglais par
Marianne Champagne


Préface
d'Omar Benderra









Vijay Prashad,
n Calcutta en 1967,
est historien et journaliste.