Retour l'accueil du site





SEMPÉ


100 dessins pour la liberté de la presse


L’association Reporters Sans Frontières (fondée en 1985) nous offre encore une belle occasion de joindre l’utile à l’agréable. L’utile c’est soutenir l’action de RSF pour la liberté de l’information dans le monde, l’agréable c’est un superbe album réunissant 100 dessins de Sempé.

Cet album est déjà le 61e de la collection qui, en général, regroupe des photos, soit les clichés d’un seul photographe, soit des images autour d’un thème (le jazz, le Tour de France…).

Ici, ce sont des dessins de Sempé. Humour, tendresse, dérision, absurde, ironie, poésie, second degré… La palette est riche pour parler du monde, se moquer de nos petits travers et de nos grands défauts, de la vanité des uns et du ridicule des autres, évoquer la solitude ou les difficultés de la vie en couple, l’homme fidèle à ses valeurs et apeuré par l’évolution du monde…

La composition du recueil est bien pensée, avec un discret regroupement par thèmes et l’alternance entre les dessins au trait (toujours fin, précis, délicat) et les aquarelles aux tons pastel si chers au dessinateur.

Avant d’entrer dans l’univers de Sempé, une trentaine de pages documentaires évoquent le travail de RSF (prévention, urgence, travail de fond et information), font un tour du monde de la liberté de la presse avec une carte où cinq couleurs indiquent la situation de chaque pays face à la liberté de la presse de bonne à très grave (classement complet et méthodologie sur le site : https://rsf.org/fr/ classement), présentent un focus sur certains pays (Mexique où l’arrivée au pouvoir d’Andrès Manuel López Obrador a suscité de grandes espérances ; la Serbie où l’autoritarisme du présidenr Aleksandar Vučić est régulièrement dénoncé ; le Sénégal qui a gagné 29 places au classement mondial et qui héberge le premier bureau de RSF en Afrique subsaharienne), sur la situation de la presse quotidienne régionale et le travail de John Moore qui vient de remporter le World Press Photo pour une image qui a ému et indigné le monde entier : une petite fille terrorisée qui pleure à la frontière mexicaine.

Ces documents sont suivis d’un entretien sur trois pages d’Antoine de Caunes avec Sempé où l’on peut lire, par exemple :
« Vous occupez une place particulière dans le dessin d'humour : celle d'un observateur qui continue de s'étonner et de s'amuser du monde. D'où vous vient cette immense indulgence pour vos contemporains ?
Je trouve les gens très courageux. Il m'est arrivé souvent de me lever tôt le matin. Et je voyais des gens qui partaient travailler, crevés. Le soir, ils rentraient. Et le lendemain ils recommençaient. Voilà qui suffit à vous faire aimer le genre humain. Tout en gardant en tête qu'il faut se méfier d'un certain nombre de crapules en circulation. »

Et la partie documentaire se termine avec un portrait de Sempé par Jean-Noël Jeanneney qui confirme le respect du dessinateur pour "les gens" : « Les personnages de Sempé sont implicitement façonnés par une vie qui devrait les accabler et qui le fait parfois, sans qu'on puisse en douter. Et pourtant on débusque chez eux, très souvent, quelque chose comme une vaillance cachée sous la fragilité même. »

Un album à se procurer de toute urgence à la fois pour soutenir RSF dans son combat pour la liberté de la presse dans le monde et pour le bonheur de vagabonder dans l’univers poétique et humoristique de Sempé.

Serge Cabrol 
(22/07/19)    



Retour
Sommaire
Lectures








Reporters Sans Frontières

(Juillet 2019)
144 pages - 9,90









SEMPÉ, né en 1932, dessinateur, illustrateur du Petit Nicolas,  a travaillé pour de nombreux médias et créé des dizaines de couvertures pour
The New Yorker.


Bio-bibliographie sur
Wikipédia