Retour à l'accueil du site





Antti TUOMAINEN


Derniers mètres jusqu’au cimetière


Jaakko et son épouse ont fondé une entreprise de cueillette et d’exportation de champignons. Dans les forêts finlandaises pousse le matsutake, ou champignon des pins, très prisé des Japonais. L’entreprise est prospère, mais le roman débute sur deux problèmes majeurs : un concurrent vient de s’installer dans la petite ville, et le médecin apprend à Jaakko que quelqu’un est en train de l’empoisonner, avec des champignons, justement. Jaakko va mourir. Il est trop tard pour tenter un quelconque traitement. Voilà un roman extraordinairement tonique, basé sur la trahison et la mort annoncée du narrateur. Un polar passablement déjanté, écrit sur le ton alerte d’un humour plus que noir. Un régal.
 
Jaakko a déjà été assassiné, la mort est en marche dans ses organes. Lorsqu’il découvre, en revenant de chez le médecin, que sa femme le trompe avec le chauffeur de l’entreprise, il est persuadé que c’est elle qui l’empoisonne. Dès lors, il glisse sur la pente inéluctable du hasard et de la prise de conscience. Jaakko se retrouve mêlé à deux morts dont il est l’instigateur candide, il regarde son monde d’un œil à la fois neuf et dessillé. Entre loufoquerie et réflexion sur la vie et la mort, le roman avance à grande vitesse.
 
La Finlande est aussi un pays chaud. Jaakko, dont le corps se délite à tout-va, dévore des glaces sur la place ronde du marché, sa chemise collée à son dos par la transpiration. Il a décidé de se nourrir des aliments les plus sucrés pour puiser un semblant d’énergie. Et de l’énergie, soudain, il en a à revendre, il se découvre même amoureux, et tente à tout moment de rentrer son ventre pour paraître plus svelte. Jaakko est un personnage absolument craquant, tendre et perdu. Son épouse Taina a tout de la femme machiavélique, et son amant tout du bellâtre un peu limité. Mais… chut !
 
Les dialogues d’Antti Tuamainen font mouche à chaque fois. Derniers mètres jusqu’au cimetière est écrit dans une langue tonique où l’humour le dispute parfois au non-sens. La traduction d’Alexandre André, le traducteur habituel de l’auteur finlandais, est rudement bien tournée. Voilà un polar nordique qui nous entraîne sous la canicule finlandaise, dont l’enquêteur est aussi la victime annoncée dès le premier chapitre intitulé « la mort », où les méchants sont rigolos et les flics très sympathiques. Ce roman joue en permanence sur le contre-pied, et c’est délicieux. Une comédie noire à l’humour désespéré, à savourer en mangeant des glaces, mais pas des champignons !

Christine Bini 
(08/04/19)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Noir & polar







Antti TUOMAINEN, Derniers mètres jusqu’au cimetière
Fleuve
(Février 2019)
320 pages - 19,90


Traduit du finnois par
Alexandre ANDRÉ





Antti Tuomainen,

né en 1971, est l'un
des auteurs les plus
lus en Finlande.
Ce roman est son
quatrième traduit
en français.


Bio-bibliographie sur
Wikipédia