Retour à l'accueil du site






Lucie BRÉMEAULT

La seconde vie de Rachel Baker

Rachel Baker est serveuse dans un petit restaurant (un « diner ») dans un coin perdu de l’Alabama.
Un soir, trois hommes armés font irruption dans le restaurant et ouvrent le feu sur les clients et le personnel, un vrai carnage, tuant dix-sept personnes dont le fiancé de Rachel. Elle seule est épargnée, rescapée et témoin bien innocente.

Fortement traumatisée, en état de choc, elle ne sera plus la même et perdra rapidement le goût de vivre. Elle va croiser le chemin de Nick, un policier au grand cœur et à la sensibilité cachée, plus très jeune, qui va la prendre en charge après la tuerie et qui marquera sa vie à tout jamais.
L’assassin, rapidement identifié, sera arrêté et traduit en justice. Mais le jour de sa comparution, sur les escaliers conduisant au Tribunal, il est assassiné par un tireur embusqué.

L’enquête remonte rapidement jusqu’à Rachel qui vient de venger tous les innocents de la tuerie de masse. Poursuivie, elle sera arrêtée dans sa fuite en voiture par un accident grave qui la laissera handicapée.
Elle sera jugée et condamnée à sept ans de réclusion. Ce sera le plongeon alors dans l’univers carcéral avec son handicap, elle est en fauteuil roulant ayant perdu l’usage de ses jambes. La prison pour femmes de Mork sera pour Rachel un quotidien violent, où elle va côtoyer aussi l’homosexualité, l’amour et l’amitié.

Cette vie en détention et ses interactions avec les autres prisonnières lui permettront de retrouver progressivement sagesse et sérénité et de se reconstruire, aidée en cela par la présence silencieuse de Nick, le policier qui essaie tant bien que mal de la protéger.

Le personnage de Rachel, héroïne fragile, est très attachant. Elle est d’une grande sincérité, courageuse, altruiste et bienveillante, elle est à la dérive mais survit. Elle s’humanise au fil de son existence.

Malgré une trame psychologique assez tragique, ce roman est une ode à la résilience, l’espoir, la bonté, la tolérance.

Une plongée au cœur de la société américaine, avec tous ses excès et ses contradictions, le port des armes, le système carcéral et judiciaire, l’intégration des handicapés, la privation de liberté.
Un superbe portrait de femme, puissant et sensible sur la reconstruction de soi par rapport à l’autre.
Un récit un peu oppressant parfois mais qui nous touche car subtil, agréable et accessible.
L’écriture de Lucie Brémeault est belle, le ton un peu triste, touchant et parfois cru, mais authentique. Un roman noir moderne que l’on dévore !
Une belle découverte ! Un vrai coup de cœur !

Nicole Martin-Caïdos 
(06/03/20)    



Retour
Sommaire
Lectures








Plon

(Février 2020)
320 pages - 18,90










Lucie Brémeault
La seconde vie
de Rachel Baker

est son premier roman.