Retour à l'accueil du site





Danü DANQUIGNY


Les aigles endormis


Arben (dit Beni), le narrateur, né à la fin des années 60 dans l’Albanie stalinienne d’Enver Hoxja, en est parti en 1997 après l'effondrement d'un gigantesque montage financier à la Madoff qui a secoué tout le pays. Vingt ans plus tard, il est de retour dans le village de sa jeunesse pour régler des comptes. Quels comptes ? C’est ce que nous apprenons au fil des chapitres. 
Le roman est construit en va-et-vient entre le passé et le présent, retraçant le parcours chaotique qui a peu à peu instillé dans les veines du petit Beni la violence et la haine qui motivent aujourd’hui son retour sur les terres de son enfance à presque cinquante ans.

Son enfance a été plutôt heureuse entre deux parents aimants et courageux. Parmi ses copains, des différences apparaissent très vite, des rôles se dessinent. Deux d’entre eux notamment, Loni et son cousin Alban, se distinguaient par leur refus d’obéir aux règles malgré les coups de ceinturon et les passages au poste de police. Elis, par contre, était un véritable surdoué, aimant lire et comprendre, ce qui n’est pas sans risque dans un pays totalitaire. Beni, lui, se situait dans la moyenne, ni délinquant ni révolutionnaire.

En 1985, la mort d’Enver Hoxja, ne change rien, son successeur suit la voie tracée par le dictateur paranoïaque. Beni a dix-sept ans et part pour trois ans de service militaire. C’est au cours d’une permission qu’il apprend le décès de ses parents noyés en accompagnant une classe en balade sur un lac. Tous ses projets se noient en même temps. Sans l’aide de son père pour entrer à l’université et sans ressources financières, ses rêves d’études supérieures sont anéantis.

Alors s’enchaînent les étapes d’un parcours ordinaire : un apprentissage dans un atelier, un mariage arrangé par les familles, la naissance de deux enfants. Tout aurait pu se poursuivre ainsi, paisiblement, avec son salaire d’ouvrier et celui d’infirmière de son épouse.
Mais tout a dérapé…

Les usines sont bradées aux plus offrants, celle où travaille Beni est vendue à un paysan. « En entrant dans le bureau, je vis tout de suite à la tête de Mira, la secrétaire, qu'un truc clochait. Les yeux rouges, elle m'expliqua que ça venait d'Arslan. Initié, ou pensant l'être, aux rouages de l'économie capitaliste, il avait pris des mesures pour rendre la fabrique compétitive. Je faisais partie de ces mesures. »
Ayant réagi assez violemment à son licenciement, Beni ne peut plus trouver de travail. Il n’a qu’un rêve : quitter le pays avec sa femme et ses enfants. Où ? Comment ? Il sera toujours temps d’y penser. Pour le moment, il faut gagner de l’argent, beaucoup d’argent, le plus vite possible, pour partir dans de bonnes conditions.

Reprenant contact avec ses anciens amis d’enfance, il s’associe à toutes les magouilles et tous les trafics qui permettent de s’enrichir rapidement. Mais les millions de leks albanais ne représentent pas grand-chose en dollars ou en euros. Il en faut toujours plus et tout est bon pour en gagner.

On suit pas à pas son cheminement chaotique dans un pays qui perd tous ses repères sauf un : l’argent. La corruption et les escroqueries minent toute la société jusqu’au plus haut niveau avec en point d’orgue le krach financier de 1997 où l'effondrement d'un vaste système financier frauduleux secoue tout le pays. Pour Beni, il était temps de partir…

Mais pourquoi est-il de retour vingt ans plus tard ? On sait très vite que ses enfants ont fait de bonnes études en France. Tritana, sa fille, est interne en médecine. Endrii est ingénieur. Quels comptes vient-il régler ? Suspense…

Le roman est passionnant parce qu’il joue sur ces deux périodes, le passé de Beni dans une Albanie chaotique et, en alternance, le présent où il retrouve sa violence d’autrefois pour clarifier les zones d’ombre liées à sa fuite du pays. C’est un premier roman, espérons que l’auteur poursuivra sur cette voie.

Serge Cabrol 
(22/05/20)    



Retour
Sommaire
Noir & polar







Danü DANQUIGNY, Les aigles endormis
Gallimard / Série noire

(Janvier 2020)
224 pages - 18 €

Version numérique
12,99 €











Danü Danquigny,
né en 1975 à Montréal,
a étudié le droit, obtenu
un DESS de psycho-criminologie, travaillé à la Police aux frontières et comme détective privé. Après plusieurs nouvelles et novellas, Les aigles endormis est son premier roman publié.