Retour l'accueil





Christine DEROIN

Anomalie
Au secours, ma mère boit !


Cette collection est une très belle idée. Une fiction alterne avec une analyse psychologique qui permettra aux jeunes de mieux percevoir et de mieux comprendre ce qu’il leur arrive : « Très souvent, les enfants comprennent avant leur père que la maman est malade. Ils détectent plus rapidement ses changements de comportements et ses troubles caractériels. Les enfants sont les premiers à dire : "On ne reconnaît plus maman, qu’est-ce qui se passe ?" »

Julie réalise peu à peu que sa mère n‘est pas tout à fait dans son état normal le soir : « Là, juste là, plus question que les jours se ressemblent. Plus question de rien. Vide absolu. Grand mal de cœur. Colère ? Oui, colère. Qu’est-ce que je peux faire ? Voilà, cette question, je la ressasse toute la journée. Et je ne vois rien. »

Elle remarque que sa mère a souvent le regard vague quand elle est dans le canapé. Julie cherche à comprendre car elle saisit qu'il y a une anomalie quelque part. En effet, chaque soir la même situation se reproduit.
« – Tu es malade ?
Je n'ai obtenu qu'un mouvement de tête négatif et un soupir. Ça devait vouloir dire que ma mère n'était pas malade. Alors quoi ? C'est là que je me suis souvenue. Je me suis souvenue que j'avais déjà repéré des anomalies mais si légères, si fugaces que je ne m'y étais pas arrêtée. Là, ce jeudi-là, c'était le grand stop. Franchement, j'en ai eu le souffle coupé, une peur panique. C'est étrange de ne rien comprendre mais de savoir déjà qu'il y a un bug. À qui en parler ? Pas de frère, pas de sœur, pas de tante. Il ne restait plus qu'Éva, ma meilleure amie. »

Elle cherche et se met à fouiller la maison. Dans les toilettes, derrière une pile de journaux féminins, elle découvre une bouteille de gin.

L’alcoolisme des femmes est souvent caché.
« L'alcool est un produit qui entraîne des troubles de la concentration, des troubles de la vigilance et qui pousse à la dépression – ou qui, tout du moins, la favorise. Il est aussi anxiogène, donc il suscite de l'anxiété et de l'angoisse. Tout cela fait que la personne n'est plus tout à fait elle-même. Comme, en plus, chez la femme, la culpabilité est un boulevard pour le manque de confiance en soi qui, en même temps, est souvent à l'origine de la boisson, c'est un cercle vicieux. »

Julie s’éloigne de son amie Eva qui a du mal à la comprendre par manque de tolérance. Elle se rapproche de Noémie qui est plus atypique et l’aide dans la situation douloureuse qui l’angoisse.
« C'est là que j'ai décidé de changer d'amie. Éva ne pouvait pas comprendre. Ma mère buvait, Noémie fumait et toutes les deux étaient en détresse. Éva, avec ses grands airs et ses jugements à l'emporte-pièce, si elle rejetait Noémie, elle rejetait ma mère et, ça, je ne pouvais pas le supporter. Je n'avais pas à le supporter. Fin Éva. »
« J’allais aider Noémie et essayer d’aider ma mère. L’un n’allait pas sans l’autre. »

De belles preuves d’amour, d’entraide et de solidarité existent dans cette nouvelle et démontrent l’importance de l’entourage pour sortir de passages difficiles de la vie.

Des noms d’associations sont indiqués en fin d’ouvrage pour aider les personnes dépendantes à l’alcool.

Ce texte allie parfaitement fiction et information ce qui pourra aider de nombreuses adolescentes et adolescents.

Brigitte Aubonnet 
(03/01/20)    



Retour au
sommaire
Jeunesse






Christine  DEROIN, Anomalie
Le Muscadier

Collection Saison Psy
96 pages - 12,50




Avec la participation de
Fatma Bouvet
de la Maisonneuve
,
médecin psychiatre










Christine Deroin,
autrice d’une vingtaine d’ouvrages qui s’adressent aussi bien aux ados qu’aux adultes, est également metteure en scène de théâtre. Elle anime aussi de nombreux ateliers d’écriture et de théâtre auprès de publics variés, (collégiens, lycéens,malades psychiatriques).