Retour à l'accueil du site







Guy THOMAS

Poète, conteur et parolier,
mis en musique,
entre autres, par Jean Ferrat.





Votre dernière publication regroupe plusieurs textes dont des textes mis en musique par Jean Ferrat ? Vous commencez le livre par un très bel hommage à Jean Ferrat : Mon ami.
"Chevrotines et Folies douces" contient en effet de nombreux textes que Jean Ferrat a mis en musique qu'il n'a pas eu le temps d'enregistrer et dont nous possédions des copies. Il s'agit donc de musiques inédites que son éditeur a déposées à la Sacem. J'en possède des cassettes avec la voix de Jean que nous avons conservées précieusement. Elles sont protégées par le Copyright des Productions Alléluia. Ce livre contient également des poèmes mis en musique par d'autres compositeurs comme James Ollivier, mais aussi des poèmes inédits et quelques poèmes anciens aujourd'hui pratiquement introuvables.

Comment s'est passé l'envoi de vos chansons à Jean Ferrat ?
J'ai publié mes premiers poèmes dans La Tour de Feu et Le Pont de l'Epée. Mais surtout dans Hara-Kiri et Charlie Hebdo. Ma première plaquette de poèmes s'intitulait "Vers boiteux pour un aveugle". Elle avait été remarquée par Le Monde et Le Canard Enchaîné. C'est le critique de cet hebdomadaire qui m'avait conseillé d'envoyer mon livre à Jean Ferrat "parce qu'il avait le sens de l'humour…". Ma première chanson s'intitulait "La Leçon buissonnière" publiée par Hara-Kiri avec un beau dessin de Fred.

Comment est née votre amitié avec Jean Ferrat ?
J'étais un poète très solitaire et un peu "sulfureux", ce qui m'a valu quelques ennuis. Le fait que Jean interprétait quelques-unes de mes impertinences m'a rapproché de lui et nous sommes devenus peu à peu des amis. D'où l'hommage que je lui ai rendu dans l'ouvrage publié récemment par Le Bruit des autres

Avez-vous toujours écrit des chansons et de la poésie ?
J'ai commencé à écrire très jeune. J'avais été recueilli à la fin de la guerre par une boîte à curés traditionalistes qui m'en faisaient voir et j'écrivais en cachette mes états d'âme… J'écrirai plus tard :
Moi si j'ai rompu le silence / C'est pour éviter l'asphyxie / Oui je suis un cri défense / Un cri qu'on pousse à la folie/ Je ne suis qu'un Cri !
Ma vengeance viendra quand Jean Ferrat en fera une très belle chanson. Le texte sera proposé comme sujet de français au bac pro en 2012.

La publication de poésie est toujours compliquée. Comment cela s'est-il passé pour vous ?
J'ai envoyé quelques poèmes à François Cavanna qui venait de créer Hara-Kiri qui les publia dans les premiers numéros de sa revue et un peu plus tard dans Charlie Hebdo puis j'ai rencontré à Dijon un éditeur qui me publiait dans sa revue. Il me proposa d'éditer à son compte, alors que les autres éditeurs me demandaient des sous que je n'avais pas. Je pense qu'il avait le sens des affaires, car il me réclama ensuite la moitié des droits de mes chansons. Il me fit un procès qu'il perdit parce qu'il ne m'avait jamais payé de droits d'auteur !

Trouvez-vous qu'il y a des différences entre l'écriture d'un poème et l'écriture d'une chanson ?
Il me semble que la chanson exige davantage de travail, de précision : qu'on ne puisse pas modifier un mot, que chaque mot soit à sa place. Mais il y a des poèmes qui font d'excellentes chansons.

Quel est votre rapport au rythme, à la musique ?
Je n'ai pas appris la musique, et je chante faux : c'est le regret de ma vie, j'aurais dû apprendre la musique et travailler ma voix. Par contre j'ai le sens du rythme et en général les compositeurs me disent que la musique "coule" facilement sur mes vers. Dans son livre "Bête et méchant", François Cavanna écrit d'ailleurs : "Guy Thomas, de sa province, nous envoyait des poèmes enragés sur des rythmes de java vache".

Plusieurs chanteurs ont repris vos textes. Comment se passe la mise en musique ? Vous demandent-ils parfois de modifier certains rythmes de vos phrases ?
J'envoie mes poèmes au compositeur qui me renvoie le poème chanté, mis en musique. La plupart du temps il n'y a pas de changement. Par contre il arrive quelquefois qu'on me demande de raccourcir un texte, parce que j'ai tendance à répéter la même idée, comme pour marteler l'idée. C'est le compositeur qui a raison.

Est-ce que la mise en musique de certains de vos textes a ensuite modifié votre façon d'écrire, le rythme que vous donnez à vos phrases, l'agencement des mots ?
Oui, j'ai appris à être plus concis, mais je n'ai pas modifié le rythme de mes phrases.

Comment est venue l'idée de créer un spectacle "Soirée Canaille" pour présenter sur scène avec la chanteuse Josette Jagot vos poèmes et vos chansons ?
C'est Léo Ferré qui a écrit il y a bien longtemps : "La poésie est une clameur elle doit être entendue comme la musique. Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie ; elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche…" Je crois qu'il avait raison. Je m'en suis rendu compte plus encore en faisant des lectures publiques. Le public se trompe rarement. Si vous essayez de lui vendre un recueil de poèmes, il pense immédiatement aux récitations qu'il a parfois mal digérées à l'école. Mais si vous lui lisez intelligemment un beau texte, vous arrivez à le conquérir. Et si vous avez un style, que certains de vos poèmes sont mis en musique et que vous avez un bon interprète, vous pouvez monter un spectacle en mélangeant poèmes et chansons. C'est ce qui m'est arrivé avec "Soirée canaille" avec la complicité de la chanteuse Josette Jagot et de ses musiciens.

Beaucoup de célébrités ont reconnu la qualité de votre écriture, Jean Rostand, Léo Ferré, Cavanna, Georges Brassens, Jean d'Ormesson… Quel rôle ont-ils joué pour vous ?
J'ai expliqué plus haut combien l'aide de Cavanna m'avait été précieuse pour la parution de mes poèmes. Des autres j'ai reçu surtout des encouragements qui m'ont été utiles parce que j'ai toujours eu une tendance à douter de la valeur de mes écrits.

Votre écriture est très engagée, impertinente, sensuelle, sans concession face aux institutions, aux injustices. Quel lien avez-vous avec l'engagement politique et citoyen ?
Je n'ai jamais eu de véritables engagements avec les partis politiques de gauche (à part pendant la guerre d'Algérie). Mais mes sympathies politiques vont vers les partis d'extrême gauche et vers la fédération anarchiste. Par contre j'ai toujours adhéré au mouvement syndical et j'y ai milité régulièrement (avec des orages !)

Comment naît un poème ou une chanson ? Comment choisissez-vous le thème de ce que vous allez écrire ?
Je suis surtout inspiré par mes coups de cœur et mes coups de sang ; et l'idée peut me venir d'une réflexion entendue dans une conversation, dans une émission de radio, je note une expression qui fait tilt, je la note sur un petit morceau de papier, pour conserver l'étincelle qui mettra le feu aux poudres. Mes oreilles me sont très utiles pour saisir les expressions populaires voire argotiques. Elles m'aident souvent à trouver "la chute".

Quelles sont vos influences littéraires ?
J'aime beaucoup bien sûr les grands classiques, avec une affection particulière pour Villon, Rutebeuf, Hugo, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, mais aussi Corbière, Laforgue, Rictus, Carco. J'ai une immense admiration pour Gaston Couté. Plus près de nous j'aime beaucoup Apollinaire, Mac Orlan, Queneau…pour ne parler que des poètes. Mais j'avoue que je lis très peu de poètes d'aujourd'hui, ceux que je reçois ne sont pas toujours bons. Dernièrement j'ai lu avec beaucoup d'intérêt Claude Chanaud.

Avez-vous écrit des textes de commande ?
J'ai reçu souvent des commandes sur tel ou tel sujet, et je n'ai jamais été foutu d'écrire quelque chose de convenable. Jean Ferrat ne m'a jamais rien commandé, bien qu'il ait composé pour moi de nombreuses musiques. Le seul texte qu'il ait souhaité est celui de "La porte à droite" que je lui ai écrit et que nous avons "ajusté" ensemble pour répondre à la situation politique du moment. Mais c'est moi qui ai écrit et signé les modifications. Jean était très respectueux de ses auteurs.

Quels sont vos projets ?
J'ai un grand projet d'album de textes pour enfants intitulé "Les Petites impertinences" dont j'ai écrit tous les textes. Le compositeur Daniel Coulon en a écrit déjà beaucoup de musiques. Nous sommes à la recherche d'un ou de plusieurs bons interprètes. Nous espérons aussi trouver de bons interprètes des chansons de Jean qui viennent d'être déposées à la SACEM.
Dans l'immédiat nous allons donner deux grands concerts avec Josette Jagot intitulés "Impertinences autour de Jean Ferrat" : le 27 septembre à Toulouse et le 28 à Montgiscard. Ce spectacle a déjà reçu un accueil chaleureux en Côte d'Or et dans la région parisienne.
Nous avons également des projets de spectacles avec Jacky Feydi, l'excellent interprète de Jean-Roger Caussimon.
J'espère aussi mener à bien le montage d'un nouveau spectacle avec Josette Jagot.

Propos recueillis par Brigitte Aubonnet en août 2013



Retour
au sommaire
des rencontres








Lire sur notre site
un entretien avec
Jean Ferrat



CD Jean Ferrat 1985
Je ne suis qu'un cri
Paroles de Guy Thomas
pour les 14 chansons





CD Chansons et poèmes
Poèmes dits par l'auteur
Chansons interprétées par
Josette Jagot





Affiche du spectacle




Guy Thomas
Chevrotines et folies douces
Le bruit des autres, 2012





Guy Thomas
Sur un air de java vache
Les poètes de l'amitié





Guy Thomas
La canaille se rebiffe
Les poètes de l'amitié









Tous renseignements
et informations
sur le site de l'auteur :
www.guythomas.fr