Retour l'accueil du site







Jacques MOUGENOT

Le cas
Martin Piche



Voilà une pièce, dont le succès n’arrête pas de monter en puissance.
Le cas Martin Piche, joué au festival OFF d’Avignon en 2015 et 2016, au Petit Montparnasse de janvier à juin 2016, est cette fois-ci à l’affiche « dans la grande salle » du Théâtre Montparnasse.
Un certain Martin Piche souffre d’ennui chronique. Un ennui pas piqué des hannetons ! Rien à voir avec l’ennui habituel. Non, là c’est du lourd ! Martin Piche s’emmerde dans la vie ! Quoiqu’il fasse ! Quoiqu’il pense ! Rien ne l’intéresse.
Alors il consulte. Sa femme le dépose chez un neuropsychiatre renommé et voilà les deux hommes face à face.

Et ça part vite ! Ça part vite et ça tourne bien ! Au rythme du pétillant Hervé Devolver dans le rôle du neuropsychiatre et d’un Jacques Mougenot remarquable dans le rôle du surprenant Martin Piche.
Le patient signale que les premiers symptômes sont apparus – du moins le suppose-t-il ! –, il y a trois ans, en allant voir une pièce de théâtre. Mais rien n’est sûr ! Il ne l’affirmerait pas. Le thérapeute essaye, comme il peut, de lui tirer les vers du nez. De le convaincre à la manière des psys, « Qu’est-ce qu’on en fait de votre ennui ? »
Des bouts de confidences affleurent. Piche écrit des scénarios pour la télévision avec des personnages inquiétants, pour que ça intéresse davantage, genre le héros est un « réfugié politique islandais transsexuel » obligé de s’exiler.

Si Piche est un cas d’espèce, le thérapeute déploie tout son arsenal introspectif. Cela va jusqu’à la réalisation de tests ! Entre autres - Piche aurait probablement un don – celui de tordre, à distance, par magnétisme, une cuillère en pointant les mains dans la direction de l’objet. Mais, au bout du compte, Piche souffrirait « d’un manque de manque ! » ;  ce qui laisse l’intéressé dubitatif.

Une belle connivence entre les deux comédiens nous offre des situations abracadabrantes et farfelues où l’on se gausse à qui mieux mieux. Et, si désarmant soit Le cas Martin Piche, il est impossible d’en dévoiler le renversement final avec une chute désopilante que l’on était loin d’imaginer.

Le décor est sobre, presque inutile : deux bibliothèques symétriques, deux chaises, deux fauteuils, un bureau. Une mise en scène bien rythmée avec priorité au burlesque et à l’insolite, nourrie de clins d’œil au public… avec des dialogues surréalistes. Bref, une belle tenue dramatique en termes d’humour.
Une métaphore sur l’ennui, pourrait-on ajouter, à une époque où ce mot semble en exil, tant les sollicitations sont innombrables.

Nous nous étions déjà régalés avec le tandem Mougenot-Devolder lors de la comédie musicale Les fiancés de Loches, en juin 2015, au Théâtre du Palais-Royal (succès pour les deux comparses ayant raflé à cette occasion le Molière 2016 du spectacle musical).
Encore bravo pour cette aventure scénique extravagante, gorgée de fantaisie.
À saisir, donc !

Patrick Ottaviani 
(04/05/17)    



Retour
Sommaire
Une loge
pour le strapontin













Théâtre Montparnasse

31, rue de la Gaîté
75006 Paris


Réservation :
01 43 22 77 74







Texte
Jacques MOUGENOT

Mise en scène
Hervé DEVOLDER

Avec
Jacques MOUGENOT
et
Hervé DEVOLDER

Lumières
Denis KORANSKY

Assistante
à la mise en scène
Pauline MARBOT