Retour l'accueil du site






Lucrèce Borgia

de
Victor HUGO

Depuis le fond de scène, accolés à une toile magma de couleur rouge-sang, des pénitents s’avancent et nous donnent à voir leurs visages recouverts de spectraux masques de mort… ainsi de l’intrépide introduction du mélodrame Lucrèce Borgia, imaginée sur les planches du Théâtre 14 par Frédérique et Henri Lazarini.
Écrite par Victor Hugo, la pièce a été représentée pour la première fois au Théâtre de la Porte-Saint-Martin le 2 février 1833.

L’action se déroule tout d’abord à Venise. Les pénitents sont en réalité de jeunes nobliaux : Gennaro et ses amis. Chacun a eu un cousin « empoisonné » ou « poignardé » au bon vouloir de Lucrèce Borgia, monstre-femme mue par le crime et l’inceste, comme d’une habitude. Ils en parlent entre eux, tandis que Gennaro s’endort sur un banc. Cela suffit à faire démarrer le mélodrame dans une atmosphère d’angoissante menace.

Gennaro, ne connaît pas ses parents. Il a été élevé par un pêcheur quelque part sur l’Adriatique. Devenu à vingt ans un capitaine plein d’ardeur, il est séduit, lors d’un bal masqué, par une femme flamboyante à laquelle il montre les lettres protectrices que lui écrit sa mère dont il ne sait rien. Mais ses amis, témoins de la scène, lui dévoilent que cette femme n’est autre que Lucrèce Borgia et qu’elle assassine comme elle respire. Alors, Gennaro, exprime avec rage, toute la haine que lui inspire Lucrèce, qui cherchait à le séduire.
À Ferrare, lieu de résidence des Borgia, il dénature l’enseigne « Borgia » la transformant en « Orgia ».
Le Duc Alphonse d’Este, quatrième mari de Lucrèce (les trois précédents ont été assassinés) condamne à mort Gennaro pour crime de lèse-majesté et l’empoisonne avec le célèbre poison Borgia. Lucrèce implore Gennaro de boire le non moins célèbre contre-poison Borgia ; mais celui-ci refuse.

C’est que Lucrèce est une mère sublimée d’amour, en même temps que d’une lumière rédemptrice, à l’égard de son fils. Dans une absolue solitude, elle est écartelée par un secret non avouable : Gennaro est un Borgia, fruit de son amour incestueux avec Jean, l’un de ses frères.

Avec une grande liberté, Victor Hugo  a transformé la vie réelle de Lucrèce Borgia la mal aimée en la dramatisant à l’excès. Frédérique et Henri Lazarini s’emparent de la pièce sur un plateau simplifié avec le vide et le plein de personnages qui apparaissent et disparaissent en un espace crépusculaire. Thanatos règne tout au long de la pièce.

Une belle prestation d’ensemble de la compagnie Minuit Zéro Une associée à La Scène à Paris ainsi qu’au Théâtre14.
Si brûlée vive au fond de son cœur que soit Lucrèce, son personnage, poignant – une belle performance de Frédérique Lazarini –, éblouit en même temps qu’il terrifie.

Patrick Ottaviani 
(30/05/17)    



Retour
Sommaire
Une loge
pour le strapontin















Théâtre 14


20 av. Marc Sangnier
75014 Paris

Location :
01 45 45 49 77



Mise en scène
Frédérique et Henri
Lazarini

Avec
Frédérique Lazarini
Emmanuel Dechartre
Didier Lesour
Marc-Henri Lamande
Hugo Givort
Louis Ferrand
Clément Héroguer
Pierre-Thomas Jourdan
Adrien Vergnes
Kelvin Le Doze

Assistante
à la mise en scène
Lydia Nicaud

Éléments scéniques
Pierre Gilles

Musique
John Miller

Lumières
Cyril Hamès