Retour l'accueil du site






À la vie à la mort


Dans deux des pièces qui formaient le focus À la vie à la mort (proposé par la Maison des Métallos du 13 mars au 8 avril) L’avenir dure longtemps, le testament d’Althusser et Sandre, confession d’une Médée moderne, un comédien se tient seul face au public. Il est porteur d’une histoire de mort, de l’histoire du crime qu’il a commis, de l’histoire de sa vie.


Dans la première pièce, L’avenir dure longtemps c’est Louis Althusser que nous écoutons raconter la vie qui fut la sienne et qui l’a conduit à tuer sa femme Hélène, dans un accès de folie.
En effet Michel Bernard adapte ici le texte rédigé en 1985 par le philosophe lui-même qui a ressenti le besoin de s’exprimer sur cet acte, pour lequel il a été reconnu irresponsable et n’a de ce fait pas été jugé par un tribunal mais soigné dans un hôpital psychiatrique.
C’est donc face au lecteur, ici au public, qu’il choisit de témoigner, pour tenter de se réapproprier à la fois cet acte (qu’il a commis en étant « absent à lui-même ») et sa vie tout entière.
À charge pour nous d’écouter le meurtrier nous parler de son meurtre. Il n’essaie pas de s’en innocenter, mais bien plutôt de chercher au plus profond de lui ce qui s’est joué ce soir du 16 novembre 1980. C’est ainsi toute sa vie tourmentée, de son enfance et la relation difficile qu’il entretenait avec sa mère, à sa jeunesse et la rencontre avec Hélène, femme aimée dans la douleur, en passant par les séjours en psychiatrie et les séances d’électrochocs que nous fait revivre de façon magistrale Angelo Bison, impressionnant en Althusser, esprit brillant et malade.


Le dispositif est quasiment le même dans la pièce Sandre, confession d’une Médée moderne, mise en scène par le Collectif Denisyak où Erwan Daouphars, seul sur scène, se glisse dans la peau d’une femme pour raconter la spirale de tristesse qui l’a amenée à tuer son nouveau-né. Le comédien n’a besoin d’aucun artifice  pour camper cette femme qui nous raconte, du fond de son vieux fauteuil et à la lumière d’un abat-jour, les premiers temps, heureux, de son mariage, les naissances de deux enfants auxquels succéderont l’indifférence de son mari puis son départ alors qu’elle découvre une grossesse qu’elle ne sera pas capable d’assumer. Ce monologue pour un homme, de Solenn Denis, est d’une telle justesse que nous arrivons presque à comprendre l’acte fou de cette femme, qui se définit elle-même comme une femme « normale », « pas folle », qui, un instant (après combien de journées de souffrance ?) s’est absentée d’elle-même, le temps de commettre l’irréparable.
Dans ce texte dont est absent tout pathos, on passe du rire aux larmes.  Si cette femme nous apparaît comme une mère fragile l’encre noire qui coule de la bouche du comédien est là pour nous rappeler qu’elle est aussi une mère infanticide.

Ces deux pièces questionnent donc la figure du monstre, du fou, de celui qui a commis l’impensable. Chacune à sa manière, et sans chercher à justifier, elles montrent qu’il est possible d’essayer de comprendre l’incompréhensible, de chercher à expliquer l’inexplicable. Et c’est sur ce fil que se tiennent les auteurs et les comédiens de ces spectacles passionnants et parfaitement réussis.

Amandine Farges 
(23/04/18)    

 

L'AVENIR DURE LONGTEMPS

25 avril : Maison Culturelle d’Ath (BE). Tél : 0032 68 26 99 99
14 et 15 août : Festival de Spa (BE). Tél : 0032 80 02 41 40
16 octobre : Théâtre de Lisieux Normandie (14). Tél : 02 31 61 04 40
18 novembre : Festival théâtral du Val d’Oise (95). Tél : 01 34 20 32 00
1er décembre : Théâtre Brétigny - dedans / dehors (91). Tél : 01 60 85 20 85

 

 

SANDRE

25 > 28 octobre (à confirmer) : La Roche-sur-Foron - Festival éclats de scène. Tél : 04 50 03 05 29
9 ou 10 octobre (à confirmer) : Saint-Gratien (95) - Centre culturel du Forum. Tél : 01 39 89 24 42
13 > 16 novembre : Bruxelles (BE) - Théâtre 140. Tél : 0032 2 733 97 08
17 novembre : Eghezee (BE) - l’écrin. Tél : 0032 81 51 06 36
29 novembre : Poligny (39) - la Chapelle de la Congrégation. Tél : 03 84 37 24 21
1er décembre : Neuves-Maisons (54) - Centre Culturel Jean-l’hôte. Tél : 03 83 47 59 57
29 janvier 2019 (à confirmer) : Agen (47) - Théâtre. Tél : 05 53 66 26 60
31 janvier ou 5 février 2019 (à confirmer) : Théâtre d’Aurillac (15). Tél : 04 71 45 46 05
Les 8 et 9 février 2019 (à confirmer) : Limoux et Pennautier (11) - ATP de l’Aude. Tél : 04 68 69 53 65
12 février 2019 : Noisy-le-Sec (93) - Théâtre des Bergeries. Tél : 01 41 83 15 20
8 mars 2019 (à confirmer) : Oyonnax (01) - Centre culturel Aragon. Tél : 04 74 81 96 80
14 et 15 mars 2019 : Charenton (94) - Théâtre des 2 rives. Tél : 01 46 76 67 00
19 mars 2019 : Courbevoie (92) - Espace Carpeau. Tél : 01 46 67 70 00
26 mars 2019 : Oloron-Sainte-Marie (64) - Espace Jeliote. Tél : 05 59 39 98 68
28 mars 2019 : Vallauris (06) - le Minotaure. Tél : 04 97 21 61 05

 



Retour
Sommaire
Une loge
pour le strapontin







Flammarion / Champs







Éditions Lansman