Retour l'accueil du site






Le Maître
et Marguerite


d'après
Mikhaïl BOULGAKOV


Si l’adaptation de romans au théâtre se pratique fréquemment, elle n’en reste pas moins un défi de taille pour les metteurs en scène qui doivent faire preuve d’une grande habileté afin de transmettre les subtilités d’un style, la complexité d’une narration. Que dire alors de ceux qui décident de porter à la scène l'œuvre culte de Boulgakov, Le Maître et Marguerite ? Peut-être qu’ils sont un peu fous, en tout cas forcément géniaux si le résultat est à la hauteur.

Nombreux sont ceux qui se sont frottés à ce roman foisonnant, tour à tour critique sociale, histoire d’amour et roman fantastique, qui multiplie les intrigues et les registres.
L’action débute à Moscou dans les années 30 lorsque Satan, sous le nom de Woland, débarque sur terre accompagné de toute une troupe dont le fameux chat bavard, Béhémot, que campe avec aplomb Alexandre Soulié.

Diriger un comédien afin qu’il interprète un chat qui parle n’est que la première difficulté que surmonte brillamment le jeune metteur en scène Igor Mendjisky. Il trouve mille astuces pour figurer les différents épisodes de la venue du diable sur terre et raconter la fabuleuse histoire d'amour que vivent Marguerite et le Maître. Il représente également le roman auquel s’est consacré ce dernier jusqu’à s’en rendre fou. Plus qu’un roman, ce récit, indépendant dans le corps du texte et du spectacle, est un véritable évangile. Il relate l’entrevue du Christ et du préfet de Judée Ponce Pilate, qui nous est ici rapportée en grec ancien et araméen surtitré. Saluons d’ailleurs les comédiens qui se glissent avec une aisance remarquable dans les différentes langues : le russe est également présent, notamment dans les chansons interprétées par Alexandre Soulié.  Les tonalités très variées des langues, ajoutées à l’importante présence de la musique, à travers les chants donc mais également une bande son très éclectique – entre autres Lou Reed, Lhasa mais surtout la fameuse chanson qu’inspira ce même roman aux Rollings Stones : Sympathy for the devil – créent une ambiance particulière, hybride, qui colle parfaitement au roman de Boulgakov.  

En effet si Boulgakov convoque les grands mythes (particulièrement Faust) et l’Évangile, il se livre en même temps à une critique de la société de consommation que récupère largement, en l’adaptant à notre époque, Igor Mendjisky. En faisant particulièrement appel au public, il fait de nous les participants du fameux spectacle de magie noire dans lequel tout sens moral est condamné à disparaître. Nous sommes aussi conviés au bal qui réunit les plus grands criminels, puisque certains spectateurs montent sur scène pour danser, au rythme d’une musique latino, avec Hitler, Staline ou Khadafi. Exploitant la veine comique du texte et le talent de bateleur de Romain Cottard, merveilleux et charismatique Woland, Igor Mendjisky nous propose de le suivre pas à pas dans ce rêve éveillé, mélange de sacré et de burlesque, miroir de notre monde. Belle et passionnante aventure qui, après le Théâtre de la Tempête, va continuer à Avignon, au théâtre 11 Gilgamesh-Belleville, courez-y !

Amandine Farges 
(29/06/18)    

Le spectacle a été joué au Théâtre de La Tempête du 10 mai au 10 juin 2018
mais il part en tournée pour la saison 2018-2019

 TOURNÉE 2018-2018

- du 6 au 27 juillet 2018 au Festival d'Avignon Off au 11 Gilgamesh-Belleville à 19h40
   (relâches les 11 et 18 juillet)

- les 20 et 21 octobre 2018 au Studio-Théâtre d'Asnières

- le 29 janvier 2019 au Grand Théâtre de Calais

- du 5 au 8 mars 2019 au Grand Théâtre de Nantes

- les 12 et 13 mars 2019 à La Piscine / Châtenay Malabry

- le 22 mars 2019 au Théâtre de Châtillon



Retour
Sommaire
Une loge
pour le strapontin














Adaptation et
mise en scène
Igor Mendjisky

Avec :
Romain Cottard
Marion Déjardin
Pierre Hiessler
Adrien Melin
Igor Mendjisky
Pauline Murris
Alexandre Soulié
Yuriy Zavalnyouk





L'avant-scène théâtre
14



Avignon
Festival Off
du 6 au 27 juillet



Théâtre
11 Gilgamesh-Belleville


11, bd Raspail
84000 - Avignon