Retour l'accueil du site







François BÉGAUDEAU

Le lien



Qui n’a jamais voulu tuer sa mère ? Surtout après un repas sans fin où celle-ci vous sert à l’envi d’interminables banalités sur sa vie quotidienne et ce sans même, comble du comble, s’intéresser à votre petite personne… Tout simplement « parce qu’elle est votre mère ! » Et c’est bien là le nœud du problème que François Bégaudeau nous propose de démêler dans sa pièce Le lien habilement mise en scène par Panchika Velez.

Il nous présente avec beaucoup de justesse la relation parfois difficile, voire houleuse, entre une mère et son fils. Un fils, bien maladroit, comme nous avons tous pu l’être, qui reproche à sa mère de ne pas assez s’intéresser à lui et lui avoue même s’ennuyer à ses côtés… Mais « quand on aime on ne s’ennuie pas ! »  lui rétorque cette dernière. Voilà ici résumé ce dialogue de sourd, ou quand un fils un peu trop rationnel, joué avec tendresse par Pierre Palmade, se heurte à l’inconditionnel amour d’une mère qui se défend d’avoir « fait littérature » et parle, elle, avec son cœur.

C’est donc presque deux monologues qui se font face sur la scène du Théâtre Montparnasse où l’on passe rapidement du rire à l’émotion, à la fois par la qualité du texte de François Bégaudeau où chaque réplique fait mouche mais aussi grâce au talent de Catherine Hiegel, magnifique en mère aimante envers et contre tout, et surtout contre son fils.

Il faudra finalement attendre le dessert et l’arrivée d’une troisième personne (Marie-Christine Danède) pour sortir de cette impasse, pour renouer le dialogue et retisser le lien…

Amandine Farges 
(27/02/19)    



Retour
Sommaire
Une loge
pour le strapontin












Théâtre Montparnasse

31, rue de la Gaîté
75006 Paris

Réservation :
01 43 22 77 74


Mise en scène
Panchika VELEZ

Avec
Pierre PALMADE
Catherine HIEGEL
Marie-Christine DANÈDE