Retour l'accueil du site







Piaf, Fréhel,
Damia et Moi


avec
Livane


Le théâtre de 10 heures fut ainsi nommé en référence  à Georges Courteline qui écrivit en 1912 dans un de ses romans « Je vous dis que l’homme qui fondera un théâtre de Dix heures, pratique, confortable, élégant et où on ne jouera que des pièces gaies – car les heures ont leurs exigences – gagnera une fortune, par la force des choses, par le seul fait qu’il aura étanché une soif. »
Ce que nous pouvons ajouter, c’est qu’un siècle plus tard, l’accueil particulièrement souriant et chaleureux réservé au public le place d’entrée dans les meilleures dispositions.
Sur la gaité préconisée par Courteline, nous émettons cependant un léger doute... Les trois chanteuses citées dans l’intitulé ne sont pas vraiment réputées pour leur tempérament de boute-en-train !
Qu’à cela ne tienne,  nous sommes confortablement installés, notre stock de Kleenex est à portée de main. Tout va bien. Nous n’avons plus qu’à nous laisser aller...
Le décor apparaît, il est dépouillé,  confirmant ainsi notre pressentiment : ce spectacle étant dédié à des chanteuses réalistes, exit le strass et les paillettes !

Mais... toutes nos hypothèses sont balayées lorsque Livane fait son entrée...  Cette magnifique jeune femme, vêtue gaiement et élégamment, souriante et communicante, impose d’emblée sa présence éclatante. Elle capte notre attention pour ne plus la lâcher...
Elle nous entraîne dans son univers. Il est très séduisant ! Nous nous laissons embarquer...
Le spectacle qu’elle nous offre est d’une qualité rare.
Livane l’a conçu comme un échange. Elle ne nous présente pas un spectacle, elle le partage.
Ce faisant, elle alterne récit et chant.
Ses talents de conteuse, combinés à ses dons pour l’écriture, nous livrent avec raffinement et poésie les connaissances, les informations, les anecdotes qu’elle a collectées au sujet des trois chanteuses « réalistes ».
Elle dévoile, très au-delà du cliché poussiéreux, les personnalités,  les destins singuliers et touchants de ces femmes.
Elle nous enchante, et c’est peu dire, en se faisant leur interprète, mais là, surprise ! À sa façon ! Elle casse les codes... Il en sort le meilleur !

Sa voix superbe, modulée, irradiante ; son phrasé distinct et distingué ; son tempo personnalisé sur des arrangements musicaux innovants, voire décoiffants, ont pour effet, non de revisiter les chansons, mais de les révéler.
Ce ne sont donc pas des plaintes languissantes d’un autre temps ! Pas du tout ! Elles ont une vigueur, une vivacité, une originalité insoupçonnées !
Le traitement réservé à Piaf est un peu en marge de celui réservé à Fréhel et Damia. Livane lui rend un hommage à la mesure de sa fan attitude de longue date.
Vous l’aurez déjà compris, la prestation de Livane a tout pour plaire.
Il serait cependant très réducteur de ne pas évoquer la maîtrise parfaite avec laquelle elle accomplit sa performance. Elle évolue avec aisance sur une créative mise en scène de Xavier Berlioz. Elle porte le spectacle seule, jongle avec les parties technique, vestimentaire, instrumentale, gestuelle, récitative, vocale. Elle exerce avec brio ses talents de chanteuse, de comédienne, d’humoriste. Elle passe avec le même bonheur de la fantaisie débridée au recueillement fervent.
Elle exécute tout cela sans hésitation, avec fluidité, comme si c’était d’une extrême simplicité...  Nous le répétons, un spectacle d’une qualité rare... et nous ajoutons : servi par une interprète rare.
En un mot : un Must !

Catherine Arvel 
(06/11/19)    



Retour
Sommaire
Une loge
pour le strapontin














Théâtre de Dix Heures

36, Boulevard de Clichy
75018 Paris


Mise en scène
Xavier BERLIOZ









Visiter le site
de Livane
https://livane.fr/