Retour l'accueil du site







C’est encore mieux l’après-midi

de

Ray COONEY


Ray Cooney, que d’aucuns surnomment à bon escient « le Feydeau anglais », est à l’affiche au Théâtre Hébertot avec sa comédie C’est encore mieux l’après-midi. Il y a tout juste trente ans celle-ci était jouée, et avec quel succès, au Théâtre des Variétés par Pierre Mondy et Jacques Villeret. C’est dire que le public est venu là en connaissance de cause : se distraire avec promesses de rire au rendez-vous.

À l’Hôtel de l’Hémicycle, les gens se croisent sans se voir. À quelques pas de l’Assemblée Nationale, il est remarquablement bien situé pour un célèbre député mû – alors qu’une séance importante relative à la délinquance sexuelle, l’attend à l’Assemblée – par la perspective d’une après-midi coquine en compagnie de la femme d’un ministre parti faire du ski.
Seulement voilà… l’hôtel est bondé.

L’hôtel est bondé et le député (Pierre Cassignard) confie à Georges (Sébastien Castro parfait), son attaché parlementaire, la tâche de réserver une chambre au nom de ?... Allez, pourquoi pas D’Oléron ! Comme l’affiche fluo placardée un peu plus loin et vantant les beautés de l’île. Et si Georges réserve au nom de Noirmoutier, avec assurance de quiproquo à venir, c’est qu’il est un attaché parlementaire rêveur, mal fagoté, avec un air de « bébé Cadum » pris dans un tourbillon de situations qui le dépassent à l’image de son porte-documents aux initiales GP, comme gynécologue-psychiatre !
 
Ajoutons, en guise de mise en bouche vaudevillesque, que la femme du député est également dans l’hôtel, que l’attaché parlementaire est loin de la laisser indifférente, et si celui-ci réserve une chambre contiguë à celle de son député, c’est bien entendu, avec la plus grande discrétion.

En route pour un bain d’hilarité, oserions-nous dire ! Car à partir de là, les portes des chambres 648 et 650 vont entamer un ballet de portes claquantes afin de masquer les entourloupes coquines des uns et des autres.
Changement d’habits oblige, les robes des dames deviennent nuisettes et les costumes des hommes sous-vêtements léopard, voire peignoir éponge.

Le directeur de l’Hôtel de l’Hémicycle (Guilhem Pellegrin) longtemps compréhensif est dépassé. Un garçon de chambre exige les pourboires en retour de menus services. Voilà un vaudeville tout feu tout flamme avec son lot de quiproquos et de mensonges, que l’intelligente plume de Jean Poiret a adapté à merveille.

Du côté de la mise en scène : peu d’intervention pour un José Paul qui a le sens de la précision pour une pièce bien rythmée.
Du côté de l’auteur Ray Cooney : on est gâté par le maître anglais du rire dont les pièces ont été traduites en plus de 40 langues. C’est dire s’il fait l’unanimité. À l’origine, la pièce, montée  en Angleterre au Shaftesbury Theater, s’intitulait Two into one.

C’est encore mieux l’après-midi est une comédie à l’hilarité bien concoctée, tout à fait dans l’air du temps, avec ce « Cher Théâtre » qui ouvre ses portes infinies à toutes nos facéties.

Un grand bravo à l’ensemble des comédiens. Les promesses de rire sont au rendez-vous et il n’est rien d’autre à faire que de se laisser aller.

Patrick Ottaviani 
(28/03/17)    



Retour
Sommaire
Une loge
pour le strapontin















Théâtre Hébertot

78bis Bd des Batignolles
75017 PARIS

Location :
01 43 87 23 23





Adaptation française
Jean Poiret

Mise en scène
José Paul

Avec
Pierre Cassignard
Lysiane Meis
Sébastien Castro
Guilhem Pellegrin

Pascale Louange
Guillaume Clérice

Rudy Milstein
Anne-Sophie Germanaz

Assistante Mise en scène
Emmanuelle Tachoires

Décors
Jean Michel Adam

Lumières
Laurent Béal

Costumes
Juliette Chanaud

Son
Michel Winogradoff