Retour l'accueil du site





Festival Orbis Pictus




Le Festival de Marionnettes Orbis Pictus est un moment de magie.
Magie des spectacles très variés qui abordent l'art de la marionnette dans toute sa diversité : utilisation des objets, de petits personnages, de papier journal, de marionnettes à gaine, de marionnettes à tiges, de comédiens en costume… Une grande variété pour exprimer des sentiments, des idées, des angoisses, de la nostalgie, un mélange de vie et de mort pour exprimer l'humain.
Magie du lieu puisque ce festival se déroule dans le Palais du Tau au pied de la Cathédrale de Reims. Inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, le Palais du Tau offre ses salles, ses voûtes, sa crypte, ses couloirs, ses recoins, sa cour comme lieux d'un art vivant. Les formes brèves présentées résonnent dans l'histoire du Palais.

L'orée des visages de la Compagnie Pseudonymo & CFB 451 nous entraîne sur la frontière poreuse entre le monde des vivants et le monde des morts. Les comédiens enfouis dans une matière fluide qui dessine la forme d'un corps avec un visage qui émerge par moments ou cachés sous de la glaise côtoient ceux qui de noirs vêtus manipulent des visages ou des hommes avec de longues baguettes. La superbe musique et le lieu en souterrain ont accompagné cette chorégraphie où la mort danse avec la vie.

Gerda de la Compagnie Succursale 101 nous offre une belle plongée dans un théâtre d'ombres où Amandine Gaymard incarne une prostituée.

A vos terreuses niches les amants, présenté par la Compagnie l'Ateuchus, redonne la parole à Albert Cohen et à Ariane de Belle du Seigneur. Un superbe jeu entre une marionnette squelette, vêtue d'un costume blanc, et Virginie Schell la comédienne.

Humpty Dumpty, de la compagnie Drolatic Industry, avec ses masques-tête d'œuf animés de bras et de jambes, joue avec l'histoire de l'œuf et de l'homme, de l'absurde et du vraisemblable. Une balade où Gilles Debenat s'amuse à la façon de Lewis Caroll, un auteur qu'il apprécie.

Le cri quotidien de la Compagnie Les Anges au Plafond est une belle trouvaille qui se déploie dans les feuilles d'un immense journal. Le papier devient personnages, habitations, monuments. Les marionnettes éphémères rencontrent les marionnettes, de papier toujours, mais réutilisables. Nous voguons dans différents pays, dans les histoires quotidiennes de familles lors de leurs déplacements en voiture, des drames qui peuvent aussi les toucher. L'accompagnement au violoncelle libère des pulsations qui rythment les émotions qui se dégagent de la lecture de ce journal ouvert sur le monde.

Jakusch de la Compagnie Uta Gebert est un superbe spectacle avec une marionnette à tiges qui met en scène une femme confrontée à la vieillesse. Elle s'incarne sous nos yeux dans ses mouvements difficiles et ralentis où bouger dans son fauteuil devient un exercice des plus délicats. Nous avons l'impression d'être cette vieille femme ou de voir notre grand-mère et nous entrons en communion avec elle dans l'espace restreint de sa chambre.

Ma foi de la Compagnie À est un spectacle très drôle où nous rions de bon cœur de cette leçon de catéchisme originale où l'absurde des situations est bien mis en valeur. Marie et Joseph nous font vivre leur rencontre et Jésus apparaîtra enfin ! Une prise mâle et une prise femelle vont devenir hilarantes pour créer une scène érotique et sensuelle. La musique, les mimiques de la comédienne sont en parfaites harmonies pour ce moment de pur bonheur et d'humour.

Bien d'autres spectacles et animations ont jalonné ces trois jours de Festival.
Un régal, ce vagabondage dans le monde des marionnettes. Le prochain festival d'Orbis Pictus aura lieu le dernier week-end de mai 2013. Une date à retenir.

Brigitte Aubonnet 
(30/05/12)    



Lire sur notre site un entretien avec David Girondin Moab,
directeur de la compagnie Pseudonymo organisatrice du festival


Retour
Sommaire
Marionnettes






Festival Orbis Pictus






L'orée des visages





Le cri quotidien





Ma foi