Retour à l'accueil du site






Djaïli Amadou Amal

Les impatientes

Première phrase de Les impatientes : « Patience, mes filles ! Munyal ! Telle est la seule valeur du mariage et de la vie. Telle est la vraie valeur de notre religion, de nos coutumes (...) » ; dernière phrase : « Et n’oublie pas : munyal, patience ! » Ce mot sera scandé régulièrement au fil de cet effroyable tableau de la condition féminine en Afrique (plus précisément dans le Sahel), puisque la patience constitue le seul remède offert à des jeunes filles placées sous domination masculine à vie, pour se trouver sous la férule du père et des oncles avant de passer sous celle de l’époux.

C’est qu’il fallait une femme courageuse pour se livrer à une telle dénonciation après avoir été conditionnée dès sa naissance à subir un système inique que perpétuent aussi bien les hommes que... les femmes, hélas !  Djaïli Amadou Amal l’a, ce courage, pour ses sœurs d’infortune comme pour elle-même. Car ce roman, tout en faisant preuve d’une belle valeur littéraire, tient aussi du témoignage : l’auteure, en effet, prévient dès la première page : « Cet ouvrage est une fiction inspirée de faits réels. » La dédicace à son époux et ses enfants donne, heureusement, l’espoir d’un heureux dénouement pour Djaïli Amadou Amal qu’on aurait volontiers tendance à assimiler à Ramla, la première héroïne.

Il s’agit d’un roman choral où trois femmes, qui se connaissent (demi-sœurs ou coépouses), raconteront leur histoire.  Ramla, d’abord, illustre parfaitement son angoisse, le jour de ses noces, quand installée dans la luxueuse limousine qui la conduit au supplice, elle voudrait hurler à la foule des curieux qui saluent le cortège nuptial : « Sauvez-moi (...) sauvez-moi avant que je ne dépérisse entre quatre murs, captive. Sauvez-moi, je vous en supplie, on m’arrache mes rêves, mes espoirs. On me dérobe ma vie. »
Puis, Hindou, mariée de force à son cousin Moubarak qu’elle hait et qui la terrorise, rapporte une nuit de noces cauchemardesque au point qu’il faudra la « réparer » au moyen de points de suture...  Le médecin ne s’en formalise même pas ! « Ce n’était pas un viol. (...) Le viol n’existe pas dans le mariage. » Et d’ailleurs, la coupable, c’est elle : « C’était de ma faute si j’avais souffert plus que les autres. Si je m’étais laissé faire, je n’aurais pas eu à subir tout ça ! » Enfin, Safira, doit accueillir la nouvelle épouse de son mari jusque-là monogame et auquel elle s’est consacrée corps et âme durant des années : « Mon Dieu, comment faire face à cette fille à peine plus âgée que ma propre fille et qui s’arroge le droit de me prendre mon époux ? »    

Mariages forcés, violences conjugales (physiques et/ou psychologiques), polygamie, tel est lot de femmes réduites à l’état d’esclaves qui, loin de se lier entre elles, s’isolent dans leur désespoir ou se jalousent pour le plus grand profit de leur seigneur et maître qui n’a nul besoin de diviser pour régner. Certaines se réfugient dans le maraboutage et la superstition, mais en vain.

L’une des grandes qualités de ce livre écrit dans un style limpide, avec des mots justes, réside en une démonstration qui se fait d’elle-même puisqu’il suffit à Djaïli Amadou Amal de « montrer » ce qu’elle a vu, vécu, sans fioriture ni misérabilisme...
Et c’est la meilleure des démonstrations au sortir de laquelle on ne peut que s’interroger sur les moyens d’éradiquer l’enfer qui opprime un si grand nombre de femmes. Ce livre fait partie de ces moyens et c’est pourquoi il faut le lire, le faire lire autour de soi, lui donner un maximum de résonance.

Pour rappel, en 2013, l’excision – dont il n’est pas question ici –  était admise dans 29 pays (rapport statistique publié par l’Unicef) et aujourd’hui elle reste pratiquée par 7 pays d’Afrique et d’Asie ; il y a donc eu un progrès qui reste à parfaire. Excision ou mariages forcés, les coutumes barbares, qu’elles reposent sur les croyances religieuses, le machisme, etc., peuvent et doivent reculer jusqu’à leur totale disparition.
    
Afin de terminer sur une note plus optimiste, il reste à  remarquer que ce livre indispensable a été couronné par le prix Goncourt des Lycéens 2020 et qu’après celui de 2019, le remarquable Les choses humaines de Karine Tuil (sur le thème du viol dans la société occidentale), on ne peut qu’apprécier le choix des Lycéens et leur dire bravo !

Dominique-Marie Godfard 
(26/12/20)    



Retour
Sommaire
Lectures








Emmanuelle Collas

(Septembre 2020)
240 pages - 17







Djaïli Amadou Amal,
née au Cameroun en 1975, a publié trois livres à Yaoundé avant la parution des Impatientes en France, Prix Goncourt
des Lycéens 2020.



Bio-bibliographie sur
Wikipédia