Retour l'accueil du site





André BOUCHARD


L’énigme de la tortue de pierre
Une enquête menée par Adèle, Hortense, Paul, Camille, Hugo et vous !



Un grand format carré pour bien mettre en évidence, sur chaque côté gauche  des pages, le même dessin que sur la première de couverture : une énorme tortue de pierre grise devant laquelle 5 petits chichocaponins (habitants de Chiche-sur-Capon, petite ville du bord de mer) en couleur et en maillot de bain, s’interrogent en prenant à chaque page des poses différentes. Mystère, ce rocher n’était pas là avant ! Tels les héros des Disparus de Saint-Agil, ils vont mener l’enquête.

« – Tu y es ! Il y a un gars qui s’amuse à sculpter les rochers ! affirma Paul.
– Mais pourquoi fait-il ça ? demanda Hortense.
– Pour que le paysage soit beau ! Quand le monde a été créé, les rochers ressemblaient à de gigantesques pavés de granit tristes et gris ! répondit Paul. »

Et sur la page de droite d’énormes cubes gris bordent la plage où les estivants vaquent à leurs occupations de plagistes mais l’air affreusement triste.

Cette page, celle de droite, va être consacrée aux hypothèses des enfants. Elles vont s’afficher en couleur sur fond de paysage gris. Elles seront tantôt scientifiques, tantôt artistiques, loufoques, mais toujours poétiques ou philosophiques.

Est-ce pour mieux résister aux requins que cette tortue est devenue rocher ? Et des requins armés de toutes sortes d’outils apparaissent. Est-ce un sculpteur qui aurait taillé ce rocher en forme de tortue ? Et l’on voit un tailleur de mégalithes.

D’interrogation en interrogation, nos petits enquêteurs en maillot de bain vont soulever de grands problèmes existentiels : à quoi sert l’art ? Est-ce Dieu qui a créé le monde ? Ils vont aussi évoquer les dieux de la « Gressantik » et des monstres mythologiques comme la Méduse, puis le problème de la pollution des mers. Et ainsi jusqu’à la version « spatiale » de l’auteur, n’est-il pas le Deus ex Machina de cette histoire ? L’auteur qui nous demande, à la fin de l’album, de donner aussi notre hypothèse.

C’est drôle, imaginatif, bourré de références culturelles, surtout artistiques : menhirs, colonnes de Buren, tableau du rocher de Magritte ; de clins d’œil rigolos : Dieu se dépêche de faire des taches sur le pelage de certains animaux qui n’ont pas l’air ravi du résultat un peu cochonné. Bref un album interactif, les jeunes lecteurs peuvent y aller de leurs hypothèses et les dessiner, et riche de multiples pistes de lectures.

Sylvie Lansade 
(24/07/20)    




Retour au
sommaire
Jeunesse








Seuil Jeunesse

(Juin 2020)
Format 27 x 27 cm
40 pages - 13,50

À partir de 4 ans










Découvrir sur notre site
d'autres albums
du même auteur :

Les lions
ne mangent pas
de croquettes


Une si charmante
verrue sur le nez