Retour l'accueil du site





Brigitte A. DELPECH


Démembrement rural


Trifaille est une petite ville de banlieue parisienne où des évènements dramatiques vont se dérouler. En effet, des meurtres très particuliers se succèdent et à chaque fois une partie du corps est amputée. Les relations entre les différents habitants sont assez intriquées dans cette petite bourgade.

L’officier de gendarmerie, le lieutenant Albert Ploche, ne s’intéresse guère à sa femme, Madeleine, qui intervient dans plusieurs associations s’occupant de Roms, de Syriens et d’Afghans. Elle s’ennuie avec son mari mais l’enquête relance un peu son intérêt.

Ploche a une maîtresse, Lotus, qui avait un autre amant Andi, d’origine albanaise. Il sera le premier à être assassiné.
« – On a identifié la victime : c'est un cultivateur des environs, un Albanais d'origine, Andi Bukurosh, installé là depuis une dizaine d'années. Il cultivait deux champs (maraîchage), une série de serres, et élevait quelques poules pour les oeufs. On se demande ce qu'il faisait là en pleine nuit, à un kilomètre de sa ferme. Pas marié, il emploie des jeunes en stage pour lui donner un coup de main. Et en effet, bizarrement, l'assassin a emporté sa jambe droite. Préparez-vous on part perquisitionner chez lui. »

Ploche est chargé de l’enquête ce qui ne va pas simplifier la situation.
Bergeline Zamor, psycho-criminologue, vient aider Ploche dans ses recherches ce qui ne lui plait pas, vraiment pas du tout.
« Allons bon, ça commençait bien ! Ploche ruminait sa mauvaise humeur : ce meurtre abject à élucider, et Lotus qui l'avait renvoyé la veille, sans même un câlin ! Chez lui on se croirait au Pôle Nord, sa femme lui bat froid depuis un bail. Toujours occupée à ses multiples activités caritatives, bien plus importantes que le bien-être d'un mari. Indifférente, elle s'est repliée dans son univers privé où elle ne l'invite pas à entrer. Et en vérité, il ne fait aucune, tentative pour y pénétrer. Elle assure le minimum syndical : les repas, le ménage. Il se sent délaissé. »

Les idées machistes sont dénoncées au fil des pages ainsi que les propos racistes qui ne manqueront de venir de la part de certains qui voient dans les Roms, les Syriens ou les Afghans des coupables bien commodes :
« – Ça ressemble à l'œuvre d'un psychopathe.
– Il y a un camp de Roms près d'ici, je pensais aller investiguer... Il paraît qu'en Roumanie ils font du trafic d'organes. »    

Bergeline noue des relations, parfois très fortes, avec différentes personnes de Trifaille : « Bergeline l'observe. Quelle jolie fille !... Elle serait encore plus ensorcelante sans maquillage, la surcharge de mascara lui donne mauvais genre, alors qu'au naturel elle doit ressembler à une biche gracieuse. Elle est enturbannée, d'un foulard volumineux. Serait-ce le signe d'une appartenance religieuse ? »

Voilà un serial killer difficile à démasquer. L’intrigue est parfaitement menée, l’écriture dynamique et très rythmée de Brigitte A. Delpech dénonce avec ironie bien des travers des humains. C’est un excellent moment de lecture et l’été s’y prêtera avec plaisir pour découvrir ce premier roman.

Brigitte Aubonnet 
(08/07/20)    



Retour
Sommaire
Noir & polar









Brigitte  A. DELPECH, Démembrement rural
Le chant des voyelles
(Avril 2020)
164 pages - 16







Brigitte A. Delpech
a été réalisatrice de documentaires et de programmes courts
pour la télévision.
Démembrement rural
est son premier roman.