Retour l'accueil du site





Jacques MOULINS


Le réveil de la bête


Au moment où on parle beaucoup de coordination européenne en matière de sécurité, ce roman nous plonge au cœur d’Europol et plus particulièrement dans le département chargé de la lutte contre la cybercriminalité (dirigé par Wolfgang Brenner) et celui chargé de la lutte contre le terrorisme (dirigé par Deniz Salvère).

Pourtant, tout commence à Paris, où une jeune femme, Maryam, est retrouvée égorgée dans sa chambre. Le commandant Deniz Salvère se déplace en personne ce qui étonne son adjointe, la capitaine Elsa Minetti, qui l’accompagne sur le vol La Haye-Paris. Deniz, peu enclin à expliquer ses choix ou ses plans, accepte de lui fournir quelques informations.
« – J'ai pris connaissance du crime par la presse parisienne. Le nom de la victime ne m'est pas inconnu. Il apparaît dans le dossier d'une organisation que Brenner soupçonne de hacking. Cybercriminalité qui relève de sa direction, pas de la nôtre. Sauf que je la suspecte d'activités terroristes. »

Il faut dire que la lutte est serrée entre Brenner et Salvère. Il n’est pas toujours évident de prouver que des actes de cybercriminalité sont exécutés au profit de projets terroristes. D’autre part, le département terrorisme est très axé sur les attentats islamistes et les réseaux salafistes alors que Salvère soupçonne qu’une opération d’envergure liée à des groupes nationalistes d’extrême-droite est peut-être en préparation du côté de la Slovaquie, de la Pologne et de l’Allemagne. En apporter la preuve lui permettrait d’obtenir plus de moyens pour élargir l’action de son département.

Mais en quoi l’assassinat de Maryam est-il lié à cette organisation néo-fasciste ? C’est le but de son enquête à Paris complémentaire de celle de la police française qui recherche par des moyens classiques l’auteur du meurtre. Qui et comment sont des questions fondamentales mais Salvère est plus intéressé par qui et pourquoi.

Plusieurs pistes pourraient expliquer le meurtre et les policiers reconstituent peu à peu la vie et les relations amoureuses et familiales de Maryam, avec l’aide notamment de sa meilleure amie, Salima, qui l’aidait dans sa dangereuse activité d’espionnage informatique.

Parallèlement à cette enquête, nous suivons en chapitres alternés, la vie de Milosz, un jeune Slovaque qui a combattu en Ukraine pendant la guerre du Donbass et conservé des amitiés fortes avec certains frères d’armes.  Embrigadé par Mattheus, un mafieux local, il est formé au piratage informatique parce qu’il a toujours aimé les jeux vidéo et qu’il a vite su se servir d’un ordinateur. C’est un personnage essentiel du livre, à la fois humain et prêt à tout, qui nous permet de comprendre de l’intérieur le recrutement et le fonctionnement des réseaux d’ultra droite, la rage et le racisme qui les animent, le rôle qu’ils jouent dans l’arrivée au pouvoir de gouvernements nationalistes dans plusieurs pays européens. La haine et la violence sont les armes visibles mais il faut aussi lever des fonds pour financer les groupes paramilitaires et les campagnes électorales.  Là, c’est un domaine plus secret où des hackers rançonnent à tout va pour réunir des millions d’euros. C’est le travail de Milosz. Mais il devient très amoureux de Lenka et rêve peu à peu d’une autre vie…

L’auteur construit ainsi un passionnant roman autour de l’enquête complexe à Paris et de l’évolution risquée de Milosz à Bratislava. Tout cela est bien inquiétant et le lecteur s’attache à la détermination du commandant Salvère au service d’Europol dont les missions ne cessent de se diversifier. Les flics et les voyous s’adaptent aux nouvelles technologies, mais le polar aussi, confirmant s’il le fallait que c’est un genre littéraire vivant, qui ne cesse jamais d’évoluer et n’a pas fini de nous faire frissonner en explorant toutes les facettes de la lutte contre le crime en tous temps et en tous lieux. La fiction permet de mieux appréhender le réel dans ses aspects les plus secrets. Jacques Moulins, avec ce premier roman, nous en apporte une nouvelle preuve. Un auteur à suivre…

Serge Cabrol 
(21/11/20)    



Retour
Sommaire
Noir & polar










Gallimard
Série Noire
(Septembre 2020)
384 pages - 18

Version numérique
12,99












Jacques Moulins,

né à Montpellier, a passé son enfance à Marseille
et fait ses études universitaires à Aix avant de devenir journaliste.
Le réveil de la bête
est son premier roman.