Retour à l'accueil du site





Michel PEYRAMAURE

La scandaleuse
Le roman de Louise Labé (1524-1566)



Ce roman se présente sous la forme d’une autobiographie rédigée par Louise Labé elle-même. On connaît d’elle certains poèmes mieux que sa vie qui fut exceptionnelle à plusieurs titres. Par la liberté de ses mœurs, par les amis qu’elle fréquenta, par son activité littéraire.
Dans cette biographie romancée, Michel Peyramaure nous renseigne sur les dévastations et les crimes dus à la guerre que se livrent les huguenots et les papistes, particulièrement dans la région lyonnaise où Louise Labé a vécu. Lyon a accueilli de nombreux Genevois convertis à la Réforme.
Pillages, incendies, prêtres crucifiés, massacres tous plus cruels les uns que les autres.
On apprend dans quelle famille Louise a grandi. Son père dirige une corderie mais il encourage les dons de poète et de musicienne de Louise et la confie aux religieuses d’une abbaye voisine. Elle y apprend l’italien et fréquente les filles des bourgeois lyonnais. Parmi elles, Sybille Scève qui devient sa confidente et amie. Elle reçoit l’enseignement d’un professeur de latin qui s’adonne à la poésie et compare Louise à Pantagruel « enflammée comme feu de brandes à étudier et à profiter ».
Elle dévore Ovide et Pétrarque, s’adonne au solfège et au luth.
Elle sait monter à cheval, elle apprend l’escrime avec son frère François. Lors d’une expédition, elle devient même son écuyer, déguisée en homme, sous le nom de capitaine Loÿs.

Ses amis sont prestigieux : Rabelais, Clément Marot, Maurice Scève, Pernette du Guillet, Clémence de Bourges, Étienne Dolet, imprimeur et humaniste qui profite de la liberté dont bénéficie Lyon, « moins soumise à la censure ecclésiastique ou à la surveillance de La Sorbonne. »
Son père veut la marier, comme il se doit, il lui présente des gens de son milieu, artisans, commerçants, bateliers. Louise les juge sévèrement : « tisserand de la rue d’Escorneboeuf, riche et veuf depuis peu, jeune brute au front bas, sombre et borné, bigot comme une chaisière, fils de boucher. »
Elle finira par épouser un brave artisan qui la laissera vivre la vie qu’elle aime.

On peut regretter que la poésie de Louise ne soit pas plus présente dans ce livre dont ce n’est pas le propos et qu’une place plus importante soit donnée aux frasques amoureuses. Mais le livre est bien écrit et on pourra se consoler en allant lire les poèmes sur le web :

https://fr.wikisource.org
pour une version plus proche des originaux (Texte établi par Tancrède de Visan publé chez Sansot en 1910)

https://poesie.webnet.fr
pour un choix d’une trentaine de poèmes dans une présentation plus moderne, très agréable à lire

Nadine Dutier 
(15/10/20)    



Retour
Sommaire
Lectures









Calmann-Lévy

(Août 2020)
256 pages 17

Version numérique
11,99








Michel Peyramaure,
né en 1922 à Brive-la-Gaillarde, est l’auteur d'une centaine de romans, pour la plupart historiques.



Bio-bibliographie sur
Wikipédia