Retour l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles





Nana KWAME ADJEI-BRENYAH


Friday Black


Friday Black est le premier livre de Nana kwame Adjei-Brenyah, un recueil de nouvelles toutes aussi percutantes les unes que les autres où la violence et l'humour s'entrechoquent, où le fantastique le plus débridé et la réalité se côtoient. La véritable puissance de ce livre, c'est de plonger le lecteur au cœur de la condition humaine du peuple noir-américain avec son cortège de violences, de discriminations, de conditions de vie misérables sans jamais discourir ni pérorer. La fiction en dit plus sur la réalité sociale qu'une étude sociologique et c'est en cela que l'auteur se révèle être un écrivain de talent et d'une exceptionnelle lucidité sur notre monde.

L'auteur se montre d'une extraordinaire inventivité et d'un humour décapant pour suggérer les discriminations, les indignités et les injustices auxquelles sont confrontées les personnes noires, comme par exemple dans la nouvelle "Les 5 de Finkelstein" où un personnage téléphone pour savoir si sa candidature d'embauche a été retenue :
« Il prit une grande inspiration et fit descendre le Degré de Noirceur de sa voix à 1,5 sur une échelle de 10. » « En public, au milieu des gens, il lui était impossible de faire descendre son Degré de Noirceur aussi bas que 1,5. S'il portait une cravate, des richelieus, qu'il souriait constamment, parlait à voix basse en gardant les mains plaquées le long du corps et parfaitement immobiles, il pouvait au mieux atteindre un 4. » (Nous ne dévoilerons pas l'intrigue effroyable de cette nouvelle où le Degré de Noirceur du jeune Emmanuel oscillera de 1,5 à 10).

Avec lucidité, de nouvelle en nouvelle, l'auteur aborde de manière récurrente le thème de la violence et du racisme comme par exemple dans 'Zimmer Land' un parc d'attraction où le 'divertissement' consiste à apprendre à repérer et à tuer le premier passant réputé 'suspect'. Il nous emmène aussi au cœur de la société de consommation et des centres commerciaux où là encore la violence n'est pas absente. Friday Black nous en donne un aperçu :
« À cinq heures du matin, c'est l'accalmie. La première vague de consommateurs est rentrée chez elle, dort, ou est morte dans divers coins du centre commercial. Il y a trois corps au rayon cadavres de notre magasin. Le premier décès est survenu au bout d'une heure… »

Friday Black est certes une fiction, mais une fiction qui a le pouvoir prodigieux de mettre en lumière les maux terrifiants de la société américaine qui ressemble par beaucoup d'aspects à la nôtre. Avec ce livre, Nana Kwame Adjei-Brenyah se révèle être autant un grand écrivain qu'un observateur lucide et impitoyable de la société.

Yves Dutier 
(08/02/21)    



Retour
Sommaire
Lectures








Albin Michel

(Janvier 2021)
272 pages - 21,90


Version numérique
14,99


Traduit de l'américain
par Stéphane Roques





Nana Kwame
Adjei-Brenyah


Visiter son site
(en anglais)
www.nanakwame
adjei-brenyah.com/