Retour à l'accueil du site





Amina DAMERDJI

Laissez-moi vous rejoindre



Ce premier roman d'Amina Damerdji s'ouvre par ces phrases : « Je ne peux pas dire que nous ayons pris les armes pour ça. Bien sûr que nous voulions un changement. Mais nous n'avions qu'une silhouette vague sur la rétine. Pas cette dame en manteau rouge, pas une révolution socialiste. C'est seulement après, bien après que, pour moi en tout cas, la silhouette s'est précisée. » Nous sommes en juillet 1980. Des milliers de Cubains hostiles au régime quittent l'île. La veille de son suicide et en proie à une profonde tristesse, l'héroïne du livre, Haydée Santamaria, nous raconte ses années de jeunesse, ses engagements et ses combats, bref la vie d'une femme à Cuba dans les années 1950 intimement mêlée à la vie politique de l'île alors dirigée par le dictateur Fulgenio Batista.

Loin des clichés et des préjugés habituels sur la révolution cubaine, Amina Damerdji incarne avec beaucoup de justesse et de précision la vie de son héroïne, aujourd'hui bien oubliée. Ni biographie, ni roman historique, ce récit emprunte pourtant aux deux genres littéraires. En effet, les épisodes marquants de la vie d'Haydée depuis son enfance jusqu'à l'assaut de la Moncada en 1953 sont intimement liés à l'histoire de Cuba que l'autrice fait revivre de manière extrêmement vivante. Tous les mots, toutes les descriptions sonnent juste. Le lecteur est littéralement plongé au cœur de la vie quotidienne des Cubains : le travail épuisant des travailleurs dans les champs de canne à sucre, les conditions et le style de vie à la Havane, les débats, les luttes et les enjeux politiques du début des années 1950. C'est dans cette atmosphère quotidienne de la vie cubaine que l'autrice incarne toujours avec beaucoup de justesse la genèse de la prise de conscience et des engagements d’Haydée. Et quels engagements ! Nous la retrouvons tout d'abord dans son univers familial avec son frère Abel qui deviendra un proche de Fidel Castro. Nous assistons à ses rencontres amoureuses (la sensualité et le corps ne sont pas séparés de l'engagement), nous participons à ses rencontres avec les premiers organisateurs de la révolution cubaine.

Les préparatifs et l'assaut de la caserne de la Moncada le 26 juillet 1953 est un épisode de la vie d’Haydée et de ses camarades particulièrement palpitant.  Passer de l'engagement politique formel à l'action armée n'est pas une décision à la légère et l'autrice décrit avec beaucoup de subtilité la détermination, le courage, la peur aussi de cette centaine de jeunes gens partant affronter un bastion de la dictature de Batista. (Haydée a alors 30 ans, Fidel Castro 26). L'attaque de la Moncada sera le point de départ de la guérilla cubaine qui triomphera six ans plus tard. C'est néanmoins une tragédie : Abel le frère d'Haydée, son compagnon Boris Santacoloma seront capturés et torturés à mort ; Haydée et Melba Hernandez (les seules femmes qui ont participé à l'attaque) seront emprisonnées... Le livre n'en dit rien mais cette blessure intime n'est peut-être pas étrangère au suicide d'Haydée. Le livre ne dit rien non plus de ce que fut la vie d'Haydée après le triomphe de la révolution cubaine en particulier son rôle dans la création de la Casa de las Americas qui donna la parole a bon nombre d'écrivains sud-américains. Mais qu'importe ! Ce premier roman d'Amina Damerdji est un livre qui sort des sentiers battus tant par son thème que par le souffle de son écriture et nous attendons son deuxième roman...

Une remarque accessoire cependant qui ne touche en rien la qualité du livre : il eut été peut-être utile de rajouter un glossaire indiquant quelques personnages et événement historiques marquants de Cuba pour les lecteurs qui ne sont pas nécessairement familiers de l'histoire de ce pays.

Yves Dutier 
(03/09/21)    



Retour
Sommaire
Lectures







Amina DAMERDJI, Laissez-moi vous rejoindre
Gallimard

(Août 2021)
320 pages - 20

Version numérique
14,99












Amina Damerdji
Laissez-moi vous rejoindre est son premier roman.